Littérature québécoise - Don de seconde vue

Ça pourrait n'être qu'un portrait privé de Marguerite-Thérèse d'Autriche, l'infante d'Espagne. Mais c'est bien entendu autre chose. Une petite fille de cinq ans entourée d'un garde du corps, d'un chaperon, de deux nains, de demoiselles d'honneur et d'un chien. Seul un grand miroir, au fond de la pièce, nous permet de saisir le reflet de ce qui devrait constituer l'unique centre d'attention: le roi et la reine apparaissant sur la toile à laquelle Vélasquez lui-même travaille. Tout au fond, au bas d'un escalier, un homme contemple furtivement toute la scène.

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .