Littérature pour la jeunesse - Roméo « Jack » Dallaire

Prolifique romancier canadien-anglais pour la jeunesse, Eric Walters, avec Sergent Jack, plonge ses lecteurs dans l'enfer de la logique génocidaire. Pour réussir son cours d'éducation civique, Ian Blackburn, adolescent issu d'un milieu cossu, doit faire du travail communautaire dans une soupe populaire. Il fréquente alors le difficile milieu des sans-abri et fait la rencontre de Sergent Jack, un ex-militaire déchu qui a su conserver une certaine noblesse.

À son contact, l'adolescent apprend l'existence de la tragédie rwandaise de 1994, ce qui l'amène à explorer, avec ses collègues de classe, le massacre des Arméniens de 1915-1923, l'Holocauste, les tueries des escadrons de la mort guatémaltèques, mais aussi le rôle des Casques bleus canadiens et autres.

Empruntant plusieurs de ses traits au général Roméo Dallaire, préfacier de cet ouvrage, le personnage de Sergent Jack agit donc, auprès des jeunes et surtout de Ian, comme le révélateur de l'existence du Mal, mais aussi comme un modèle de courage, malgré son échec et sa chute subséquente.

Flirtant souvent avec un moralisme un peu pesant, ce roman, assez bien mené, présente néanmoins une indéniable valeur

pédagogique.

***

Collaborateur du Devoir

***

Sergent Jack

Eric Walters

Préface du général Roméo Dallaire

Traduit de l'anglais par Johanne Forget

Trécarré Jeunesse

Montréal, 2008, 304 pages