Festival de poésie tous azimuts à Trois-Rivières

Pourquoi choisir entre la poésie, la musique symphonique ou le jazz quand on peut avoir tout cela à la fois? Embrassant toutes les disciplines, le très pluriel Festival international de la poésie de Trois-Rivière s'est enclenché hier, offrant jusqu'au 12 octobre la poésie déclinée sur tous les tons.

Pas moins de 24 ans après sa création, le festival trifluvien de la poésie réaffirme haut et fort son parti pris pour la diversité culturelle, la rencontre des disciplines artistiques et la prose et le vers tous azimuts.

L'événement phare de cette douzième édition sera d'ailleurs un concert symphonique inspiré de la musique des cinq continents, intitulé Cinq continents en poésie et en musique, lors duquel la poésie d'artistes d'Europe, d'Asie, d'Afrique, des Amériques et d'Océanie se mêlera au son des instruments de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières (OSTR).

Les oeuvres musicales sont choisies par le chef Jacques Lacombe, qui présentera notamment le Concerto pour piano HobXVIII: 7 en fa majeur de Haydn, la Rapsodia sinfonica de Joaquin Turina, les Danses roumaines de Belà Bartók, I crisantemi de Puccini, Requiem pour cordes de Toru Takemitsu, Danse villageoise de Claude Champagne et African Suite de Fela Sowande.

Le lauréat du prix Quebecor de poésie Louis-Philippe Hébert partagera la scène avec les poètes Linda Maria Baros (Europe), Cai Tiaxin (Asie), Fernando d'Almeira (Afrique) et Nicolas Kurtovitch (Océanie).

«Ce qui fait la particularité de notre festival, c'est la diversité totale des lieux, des heures, des activités. Ça dure dix jours "non stop", du matin au soir, et ça rejoint tant les amoureux de poésie que ceux de musique ou d'arts visuels, car ce festival va à la rencontre des autres disciplines artistiques», soutient son président-fondateur, Gaston Bellemare, qui tient la barre depuis 24 ans.

Outre ce grand spectacle de clôture, les mélomanes en auront pour leur dû avec cinq soirées jazz, vin et poésie.

Pour les épicuriens de toute nature, la programmation touffue aligne d'ailleurs près de 400 activités qui nourriront autant le palais et les sens que l'âme, dont 85 repas-poésie, répartis dans les restaurants et cafés trifluviens, 27 apéros scotch-poésie, quatre soirées Érotisme et poésie, des soirées Jazz et poésie, et un grand pique-nique où la table sera mise pour écouter les mots et la musique du monde.

Les esthètes seront aussi comblés puisque le festival donnera le coup d'envoi à 51 expositions dans les galeries et musées de la ville, dont une rétrospective du peintre Raymond Lasnier au Centre d'exposition Raymond-Lasnier, à la Galerie d'art du Parc et au Centre Pierre-Boucher, destinées à commémorer le 40e anniversaire de la mort de l'artiste. Le Sentier des poètes et souvenirs sera aussi de retour au Moulin seigneurial, où les poètes Claude Beausoleil, Jean-Paul Daoust, Bruno Roy et Louis-Philippe Hébert liront des textes de poètes disparus en cours d'année.

«Par souci d'authenticité, les poètes invités livreront leurs textes dans leur langue maternelle, mais nous les accompagnerons de versions traduites ou de sous-titres pour en permettre la pleine compréhension», ajoute M. Bellemare.

Comme chaque année, les ateliers d'écriture ouverts à tous seront de retour, des lancements de livres et la légendaire corde à poésie, une immense corde à linge tendue au coeur du parc Champlain invitant les visiteurs à y accrocher leur part de rêveries. «Des gens y sont invités à laisser leurs propres créations, note le président du FIPTR. Au fil des ans, nous avons reçu des poèmes dans toutes les langues, y compris en braille!»

***

Festival international de la poésie de Trois-Rivières

Du 3 au 12 octobre

Consulter le programme à www.fiptr.com