Consommation - Si j'avais un char...

Conçu pour les amateurs de caractéristiques techniques, mais aussi pour les consommateurs en quête de réponses faciles à des questions compliquées portant sur la sécurité, la fiabilité et la dépréciation — par exemple —, ce guide annuel es
Photo: Jacques Grenier Conçu pour les amateurs de caractéristiques techniques, mais aussi pour les consommateurs en quête de réponses faciles à des questions compliquées portant sur la sécurité, la fiabilité et la dépréciation — par exemple —, ce guide annuel es

Il va falloir se faire à l'idée: la Toyota Matrix, voiture de bobo (bourgeois bohème) s'il en est, coûte bon an mal an plus de 2100 $ en essence et appelle à la plantation de 20 arbres pour effacer son empreinte écologique. Ah oui, elle produit aussi 3,5 tonnes de gaz à effet de serre par an. C'est l'équivalent de la production annuelle de 72 tondeuses à gazon, mais c'est encore bien moins que le Grand Vitara de Suzuki (4,7 tonnes), voiture pour laquelle il faudrait planter 28 arbres pour se donner un début de bonne conscience.

Ce jeu des comparaisons environnementales, L'Annuel de l'auto, dont la cuvée 2009 vient tout juste de sortir, le rend désormais possible en intégrant cette année dans ses pages une étonnante innovation: une «Cote verte», sorte de fiche qui résume les vertus écologiques du véhicule convoité. Raison de l'ajout? «Comme des milliards d'autres humains préoccupés par le réchauffement climatique, [nous sommes aussi] sensibles au fait que l'objet de [nos] passions est l'une des causes du problème», résume l'équipe de rédaction composée entre autres de Benoit Charette, Philippe Laguë et Carl Nadeau.

Lucide, cette grande bible de l'automobile, une tradition québécoise, qui vise à faciliter l'achat d'un véhicule à moteur chez certains et à faire rêver tous les autres, n'en demeure pas moins égale à elle même en livrant une fois de plus sur 672 pages de papier non recyclé le pedigree de tous ces objets de désir roulants.

On y retrouve la petite Rio de Kia, avec son «physique agréable» mais sa «boîte manuelle imprécise». On y parle de la «mécanique raffinée» de la Jetta de Volkswagen qui par ailleurs a un «design banal». On y croise également l'énorme Pathfinder de Nissan, réputé autant pour son «volant chauffant» que pour son «habitacle qui fait bon marché». Entre autres.

Conçu pour les amateurs de caractéristiques techniques, mais aussi pour les consommateurs en quête de réponses faciles à des questions compliquées portant sur la sécurité, la fiabilité et la dépréciation — par exemple — ce guide annuel est finalement en accord avec son époque.

Il déborde de commentaires d'experts, mais aussi d'informations en capsules sur l'histoire d'une voiture, quand elle le mérite.

Il se fait aussi hautement visuel avec son orgie de photos classiques — la voiture, trois quarts face, sur fond de désert, d'océan, de manoir anglais, ou de piste de ski, selon les circonstances — et une incursion dans l'univers des prototypes, dont la sévère Scion Hako Coupe et la carrée Toyota Rin font partie.

Et forcément, cet assemblage de commentaires ultraspécialisés — «Design authentiquement Jeep», «plastique indécents»... —, ces envolées dans les tours-minute, les accélérations chronométrées de 0 à 100 km/h, les capacités de réservoir de carburant ou de coffre mais aussi les incursions dans l'univers indicible des garanties motopropulseurs ou des cotes de fiabilité finissent par devenir aussi instructives que divertissantes.

***

L'Annuel de l'automobile 2009

Benoit Charette, Philippe Laguë, Carl Nadeau

Montréal, 2009, 672 pages