Poésie - Des reflets fugitifs du monde

L'expérience spirituelle profonde est à la source de bien des oeuvres poétiques. José Angel Valente affirmera, dans une préface aux poèmes de Jean de la Croix, que «la parole du poète et celle du mystique sont une parole dont l'obscurité ne s'illumine que dans son mouvement vers l'intériorité de l'expérience». Il y a un peu de cette grande nuit obscure dans la plupart des livres qui trouvent refuge aux Éditions Arfuyen. Du poète méconnu (Nathan Katz) à l'auteur confirmé (Charles Juliet), Gérard Pfister demeure toujours à la recherche de ces voix singulières qui ne cessent de briller au loin. Court survol des derniers titres parus.

Qui a déjà entendu parler de Nathan Katz? Guillevic et Jean-Paul de Dadelsen admiraient la musique rauque ainsi que la matière brute de ses poèmes alémaniques. Une traduction partielle verra le jour en 1987. Cette édition, beaucoup plus complète, laisse entendre une polyphonie de voix qui tente de rendre en français la langue connue des seuls enfants de cette région de l'extrême sud de l'Alsace qu'on appelle le Sundgau. Lecteur du Faust de Goethe et de La Vie de Jésus de Renan, Katz exprime une forme de lyrisme universel qui traverse sans cesse l'horizon du village natal. La dimension mystique de l'amour ne fait qu'enrichir un chant de la terre rejoint une amplitude radicale: «Maintenant la neige tombe / sans bruit / sur les granges et les remises / sur les bois et les champs / sur les croix et les tombes / et, tout est recouvert de blanc / — tout — / tous les chemins, tous les cimetières / le village tout entier / est pris sous l'abondante neige / C'est le silence qui va régner / maintenant — et, la tranquillité / Seules nous attendent les veillées maintenant.»


Le Hameau des Roseaux du Vietnamien Han Mac Tu emprunte un chemin de souffrance. Brisé dès l'âge de 24 ans par la lèpre, le poète surmonte mal une détresse qui l'amènera à écrire les grands poèmes mystiques du Printemps idéal, regroupés en 1939. Dans sa réclusion terrible, une force créatrice s'empare de l'individu démuni. Toute sa quête sera vouée à l'expression de l'harmonie suprême qu'il ressent au plus profond de lui-même: «Parce que le monde céleste est un lieu tranquille et embaumé / L'âme vole d'un trait jusqu'à la lune et aux étoiles / Flots et vents se lèvent dans un grondement de tremblement de terre / d'innombrables esprits tombent, bouleversés.»


Chez Pierre Dhainaut, le poème remonte vers l'origine du temps et des choses. Son Introduction au large nomme la force qui change, de même que la houle permanente. Chaque strophe devient pays de rémanence, un chant à l'image des empreintes dans le sable des plages. Une voix qui tremble dans sa transparence lumineuse: «Clameur, splendeur, / aucun horizon ne partage / le corps de l'aube: / ils recréent le monde / en offrande au vent, / à l'invisible.» Traductrice de Juarroz, Calveyra et Borges, Silvia Baron Supervielle exprime cette distance qui sépare la mémoire de l'espace réel. Ces Essais pour un espace creusent une parole elliptique dans la verticale du monde: «L'heure se conforme / au travail des saisons / enfantées par le ciel / à la respiration / intérieure des arbres / à l'architecture / diamétrale des tiges / quiètes à l'ombre / des parfums.» Dans Bribes pour un double, Charles Juliet délaisse la prose pour de courtes strophes qui tentent de retrouver ce temps insaisissable. La nature demeure au centre de ce terrain où l'existence et le doute se recoupent: «Ces pensées informes et sans consistance / qui glissent aux confins de la conscience / sache les capter leur donner un contour / les agréger autour d'un noyau / Et c'est alors que se proposeront / les mots qu'il appelle.» Une leçon à retenir à travers cette poésie fugace et intuitive.


ÎUVRE POƒTIQUE - NATHAN KATZ


Traduit de l'alémanique par Théophane Bruchlen, Jean-Paul Dadelsen, Guillevic, Alfred Kern, Jean-Paul Klée, Gérard Pfister, Yolande Siebert et Claude Vigée


Arfuyen, collection «Neige»


Orbey, 2001, 255 pages





LE HAMEAU DES ROSEAUX


Han Mac Tu


Traduit du vietnamien par Hélène Péras et Vu Thi Bich


Arfuyen, collection «Neige»


Orbey, 2001, 189 pages





ESSAIS POUR UN ESPACE


Silvia Baron Supervielle


Arfuyen


Orbey, 2001, 80 pages





INTRODUCTION AU LARGE


Pierre Dhainaut


Arfuyen


Orbey, 2001, 80 pages





BRIBES POUR UN DOUBLE


Charles Juliet


Arfuyen


Orbey, 2001, 80 pages