Photographie - Urbanité de Serge Clément

Serge Clément s'est fait connaître en partie par son travail documentaire. On se souviendra notamment qu'il avait réalisé en 1995 un reportage très personnel au sujet du référendum et des préparatifs de la fête de l'Halloween. Né à Salaberry-de-Valleyfield en 1950, il est aussi un photographe respecté en art contemporain.

Son plus récent livre, Courants - Contre-courants, laisse une place totale à ses photographies. Pas un mot, sinon quelques remerciements sobres à la toute fin de l'ouvrage. Ce sont les photos qui ont ici libre parole.

Clément explore l'univers des reflets de la ville sous toutes leurs formes. Beaucoup de ses photographies, toutes en noir et blanc, prennent appui sur les reflets instables des vitrines d'édifices. On y découvre, sous une dominante de noirs très forts, des réalités suggérées où l'humain prend très souvent la forme d'un être mal défini qui évoluerait ni plus ni moins qu'à revers des forces de la lumière. Les perspectives sont bouleversées. Même la nature n'apparaît plus ici que comme des manifestations plus ou moins occultes de la vie moderne.

Cette oeuvre, toute empreinte d'urbanité, se nourrit de séjours dans presque tous les continents. Amérique. Asie. Europe. On voit bien d'ailleurs que plusieurs photos ont été prises à Montréal autant qu'à Québec, Paris et New York. Mais la situation géographique de ces photos s'avère sans importance tant le tout apparaît produire sa propre unité. Il est en effet manifeste que Serge Clément habite sa propre ville, construite patiemment par ses soins. Dans cette ville règne une poésie de la lumière fragile où sont parfois explorées des vies humaines, réelles ou imaginaires, en apparence déboîtées, qui contribuent à rendre cette oeuvre vraiment unique.

Bien sûr, Serge Clément n'est pas le premier en photographie à explorer l'univers du reflet et de ses suggestions éphémères. Pionnier de la photographie, Eugene Atget avait, à travers toute son oeuvre consacrée à la ville, réalisé plusieurs photos à partir de vitrines. L'attention pour des fragments de la vie urbaine, où l'ensemble apparaît sans cesse condensé dans des détails, a aussi été explorée par d'autres photographes. Mais il y a dans l'oeuvre que signe Serge Clément une lumière propre qui est vraiment la signature d'un artiste fort. Courants - Contre-courants apparaît sans conteste comme un des meilleurs livres de photographies publiés par un artiste québécois cette année.

***

Courants - contre-courants

Serge Clément

Marval

Paris, 2007, sans pagination