Histoire - La France, toute

Catherine de Médicis, qui aimait s'entourer de fous et de naines, assouvissait sa passion pour l'astrologie avec son sorcier favori, Cosme Ruggiera.

Alors qu'il veut populariser la pomme de terre en France au XVIIIe siècle, Antoine Parmentier se trouve en butte à l'opposition de Diderot, qui écrit dans l'Encyclopédie que cet aliment communique la gale.

Pierre Cot, député de gauche du milieu du XXe siècle, a reçu en 1953 le... prix Staline de la paix.

En publiant un dictionnaire à compter de 1694, l'Académie française voulait travailler à ce que la société «nettoie la langue des ordures qu'elle a contractées, ou dans la bouche du peuple ou dans la foule du palais et dans les impuretés de la chicane, ou par les mauvais usages des courtisans ignorants, ou par l'abus de ceux qui la corrompent en l'écrivant, et de ceux qui disent bien dans les chaires ce qu'il faut dire, mais autrement qu'il ne faut».

Le mouvement poujadiste des années 1950, avec lequel Jean-Marie Le Pen fit son entrée en politique, avait pour slogan électoral «Tous pourris».

Envoyé en Nouvelle-France pour se refaire une santé financière — son épouse Anne de La Grange était «belle mais dépensière» et l'avait criblé de dettes —, Frontenac favorisait, à l'encontre de la volonté de Monseigneur de Laval, la libre circulation de l'alcool dans la colonie afin que les Indiens puissent boire librement et prendre part aux négociations territoriales dans un état «euphorique».

À François Ravaillac, futur assassin du roi Henri IV qui avait confié ses funestes desseins à des prêtres, on conseilla: «Ôtez tout cela de votre esprit. Dites des chapelets, mangez des potages, et priez Dieu.»

À partir du XIVe siècle dans les hôpitaux de France, on pratiquait sur les sujets supposés déments une opération consistant à extraire du crâne la «pierre de folie».

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, on estime que 13 % des Parisiennes s'adonnent à la prostitution.

À l'origine dix millionième partie du quart du méridien terrestre, le mètre a été fixé, en 1960, à 1 650 763, 73 fois la longueur d'onde d'une radiation émise par le krypton 86 et, en 1983, à la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant 1/299 792 458 seconde.

Il faut bien arrêter quelque part la nomenclature des faits cocasses, étonnants, méconnus que recèle le Dictionnaire d'histoire de France, qui en est à sa troisième édition en 20 ans. Mais cette colossale somme qui semble contenir tout un pays est tout sauf anecdotique. L'histoire traditionnelle est celle des guerres, des institutions, des personnages célèbres qui le sont devenus justement parce que l'histoire traditionnelle les a retenus, et tous se retrouvent dans l'ouvrage. On constate que l'histoire est aussi autre chose quand on se penche sur les moeurs, les faits de société plus obscurs, sur la vie ordinaire, quoi. Ce que le Dictionnaire s'emploie à faire, de l'usage de la langue française à l'astrologie, du libertinage au divorce, des cafés aux jeux de cartes, de la torture au duel, de l'écologie au carnaval.

Succulents sont les bouquins que l'on peut ouvrir à n'importe quelle page et qui provoquent aussitôt l'association d'idées qui pousse à aller à une autre pour en savoir plus, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il soit très tard. Il y a des livres qui devraient porter l'avertissement «Attention: monumental». Celui-ci en est un.