Religion - L'art face au mystère

Comment «illustrer l'invisible», «représenter le mystère», «mettre en images la foi des foules croyantes, à travers une vision dont la valeur tient pourtant au fait qu'elle est originale et singulière»? Tel est, écrit Marie Gratton, «l'étonnant paradoxe de l'art religieux», un univers d'une incommensurable richesse au coeur duquel elle nous entraîne avec Dessine-moi le mystère.

Divisé en cinq sections qui présentent, dans l'ordre, des oeuvres évoquant le mystère chrétien (Annonciation, Visitation, Nativité, Dernière Cène, Résurrection, Ascension) et la quête de l'absolu, l'art des livres saints et celui des temples, de même que des créations inspirées par le mystère de l'au-delà, ce recueil de «regards sur l'art sacré» est un ouvrage paisible et méditatif qui illustre avec force et beauté l'appel de la transcendance qui habite le coeur des humains.

Si elle privilégie les oeuvres qui appartiennent à la tradition chrétienne, la sienne, Marie Gratton ne néglige pas pour autant l'art issu d'autres grandes familles spirituelles. Le judaïsme, l'islam, l'hindouisme, le bouddhisme, le shintoïsme et même le spiritualisme sans obédience précise trouvent donc aussi leur place dans ce livre par l'entremise d'oeuvres qui les évoquent et s'y rattachent.

Plutôt conservateur, voire passéiste, le choix des oeuvres reste néanmoins valable et nous donne à apprécier l'art religieux sous plusieurs formes: peinture, sculpture, enluminure, monument et statuaire. L'Extase de Thérèse d'Avila du Bernin, La Madeleine à la veilleuse de Georges de la Tour, La Tête du David et La Pietà de Michel-Ange, Le Mémorial du Titanic de Gertrude Vanderbilt Whitney, la majestueuse église de la Transfiguration de l'île de Kiji, en Russie, et le Torii de Miyajima, un magnifique monument shintoïste, animent cet album avec une solennité qui en impose.

Un peu gnangnan et fleur bleue par moments (on se serait facilement passé des références au Petit Prince et de l'utilisation de l'insupportable expression «coups de coeur»), le commentaire qui accompagne les illustrations s'avère, dans l'ensemble, informé, approprié et respectueux des diverses traditions représentées. En Marie Gratton, grande amatrice d'art et «pèlerine» en quête d'absolu, les lecteurs trouveront un guide de choix.