Bédé - Balade dans le paradigme de l'excentrique... et des nombres premiers

Ce monde va délicieusement au-delà du réel. Dans la mégapole de Brüsel, le 21 juillet d'un an 784 improbable, Constant Abeels découvre sur son bureau une pierre, apparue soudainement, alors que toutes les portes et fenêtres de son appartement sont fermées. Le poids de cette roche? 6793 grammes, soit un nombre premier!

Au même moment, Kristin Antipova, la voisine d'en haut, doit composer avec une invasion... de sable qui provient d'on ne sait où et qui se répand dans l'ensemble de son logement. Au grand bonheur des deux enfants de cette mère monoparentale au bord de la crise de nerfs.

Ailleurs, mais pas très loin, le restaurateur Maurice est aux anges. Il vient de prendre conscience que plus il mange, plus il maigrit. Et forcément, cela le rend léger mais aussi un brin insensible à la mort d'un guerrier Bugtis, grand homme énigmatique propriétaire d'un étrange objet, percuté par un tramway juste devant son restaurant. Bizarre. Vous avez dit bizarre?

C'est dans ce décor pour le moins insolite que le duo formé de Benoît Peeters et François Schuiten a décidé de poser les bases de La Théorie du grain de sable (Casterman), 17e volume de leur grande quête d'éternité à travers des univers parallèles qu'ils ont baptisés Les Cités obscures. Les Murailles de Samaris avait ouvert le bal. C'était en 1983. Les Portes du possible était le dernier chapitre connu. Depuis deux ans.

Fantastique à souhait et hautement curieuse, cette nouvelle incursion dans l'étonnante ville de Brüsel et dans le quotidien de ses habitants singuliers permet donc de renouer avec un terrain connu. Un terrain sur lequel Peeters et Schuiten s'amusent une fois de plus à construire des perspectives riches et complexes, un environnement paradoxal aussi futuriste que suranné, avec toujours cette même fascination pour l'esthétisme architectural, la vie urbaine et l'ordre que des manifestations étranges viennent implacablement bouleverser.

Constant, Kristin, Maurice, Elsa et les autres risquent d'en rester interdits. Tout comme d'ailleurs cette «collectionneuse de phénomènes inexpliqués», un personnage rencontré (tiens donc!) en 1996 dans L'Enfant penché, et qui un jour va débarquer en ville pour tenter d'élucider le mystère de la mort du guerrier, histoire de pouvoir signer un permis pour l'inhumer. Et pourquoi pas, tenter de mettre fin à cette folie qui doucement semble vouloir s'emparer de ce coin de métropole.

Mais à l'image de l'endroit, sa mission, dont malheureusement la conclusion doit être présentée dans un deuxième volume (diantre!)

à paraître plus tard, ne pourra certainement pas suivre le cours normal des choses. Et l'on ne peut que s'en réjouir!

***

La Théorie du grain de sable

Benoît Peeters & François Schuiten

Casterman

Bruxelles, 2007, 112 pages