Voyage dans l'univers de Christiane Duchesne

Après de longs mois de travail, La Ville sans nom, premier tome du Voyage au pays du Montnoir, vient tout juste d'arriver en librairie. Il sera suivi de deux autres tomes en septembre 2007 et février 2008. Le «grand roman encyclopédique» dont rêvait Christiane Duchesne a pris la forme d'une trilogie de plus de 1000 pages, qui navigue entre le fantastique et le suspense, mais, contrairement à la plupart des romans de ce type, on n'y retrouve pas une opposition marquée entre le Bien et le Mal, les bons et les méchants.

Bien sûr, certains personnages sont plus sombres que les autres, mais tous ont leur part d'ombre et de lumière, que les lecteurs découvriront petit à petit au fil de la lecture des trois tomes. Ce qui ne veut pas dire que Christiane Duchesne renie les grands classiques de la littérature fantastique; au contraire, elle rend même expressément hommage aux Chroniques de Narnia, de l'auteur anglais C. S. Lewis, dont elle reprend l'idée de «fracture du temps», c'est-à-dire l'existence de deux mondes parallèles où le temps ne s'écoule pas à la même vitesse.

Une fracture du temps

C'est le jeune Pierre Moulin, le héros de la trilogie, qui fait l'expérience de ce phénomène surnaturel. Le jour de ses treize ans, Pierre se perd en forêt après être passé entre les deux moitiés d'un énorme rocher. Cette traversée de «la pierre fendue» conduit le jeune héros dans un monde où tout lui semble à la fois familier et inconnu. Au moment où Pierre comprend qu'il est perdu et s'apprête à passer la nuit dans la forêt, il rencontre «un homme trapu, portant un arc et un carquois en bandoulière, une torche à la main». Cet homme, Julius de Montnoir, prend Pierre sous sa protection et le conduit jusqu'à une ville qui semble tout droit sortie du Moyen Âge. Le pauvre garçon, qui ne sait plus s'il est victime d'une hallucination ou s'il est tombé dans le coma, voudrait bien rentrer chez lui, mais personne ne semble disposé à l'aider. Forcé de s'intégrer à la société du pays du Montnoir, Pierre fait alors la connaissance des autres habitants de la ville, dont la jolie Bérangère, qui fait battre son coeur, et l'infâme Attina Niquet, qui voudrait se débarrasser de tous les enfants du pays en les envoyant à l'école!

Où se situent cette ville mystérieuse et ce pays «dont les bords s'effritent»? Comment se fait-il qu'on y vive encore comme autrefois? Comment Pierre est-il arrivé là et comment en repartira-t-il? N'espérez pas que Christiane Duchesne réponde à toutes ces questions dans le premier tome de sa trilogie... Elle connaît trop bien son métier pour ça! Par contre, attendez-vous à ce qu'elle amène ses lecteurs à réfléchir sur des sujets aussi sérieux que la scolarisation des enfants et leur place dans la société, la valeur symbolique de l'argent ou les préjugés liés aux habitudes vestimentaires... Tout ça mine de rien et sans prêchi-prêcha, à travers une intrigue si bien ficelée qu'elle vous séduit en un rien de temps.

Collaboratrice du Devoir

***

Voyage au pays du Montnoir

Tome I : La ville sans nom

Christiane Duchesne

Boréal

Montréal, 2007, 354 pages

(8 ans et plus)

À voir en vidéo