Salon du livre de Montréal - Alain Stanké reçoit le prix Fleury-Mesplet

S'il admet se méfier des prix, ces «hochets de la vanité qui relèvent du plaisir... scolaire», Alain Stanké n'en a pas moins accepté gracieusement celui que lui a accordé le Salon du livre de Montréal, vendredi, en lui réservant le prix Fleury-Mesplet qui souligne l'apport exceptionnel d'une personne ou d'un organisme à l'édition québécoise.

Le président du salon, René Bonenfant, a chaudement salué le travail de «l'éditeur et homme-orchestre» dont la vision, la curiosité et l'ouverture ont su insuffler «un nouvel esprit dans le domaine du livre d'ici». Nommé d'après le premier imprimeur de la métropole et fondateur de La Gazette littéraire de Montréal, le prix Fleury-Mesplet rappelle la mémoire d'un pionnier de l'édition au Québec. À ce titre, M. Stanké se démarque avec pas moins de 2000 livres publiés. Il est aussi l'auteur de 27 ouvrages: essais, biographies et reportages.

Dans son discours de remerciements, Alain Stanké a tenu à partager avec le public une fable de La Fontaine revisitée avec beaucoup d'humour par lui-même. «Moralité, a terminé l'éditeur, Si vous voulez faire des sous dans l'édition / En vous évitant plein de malheurs / Faites donc dans la distribution / Ou bien devenez imprimeurs!»

Le jour précédent, les organisateurs du Salon du livre de Montréal avaient profité de la cérémonie d'inauguration pour remettre un premier prix à Louise Sigouin, récompensée pour son livre Les Commerces immortels du Québec (Éditions Trois-Pistoles), un album richement illustré consacré au patrimoine québécois. Fruit d'un «travail alchimique», selon les termes utilisés par son auteure, ce livre a reçu le prix Marcel-Couture, qui vient couronner une oeuvre francophone sans restriction de genre.