Dans une galaxie près de chez vous

Imaginez un restaurant où le plat du jour serait composé d'un tartare d'extraterrestre sauce épicée, où la pieuvre serait servie après avoir été découpée par un ventilateur de plafond et où les burgers proviendraient d'un arbre poussant dans l'arrière-cour.

Pure délire? Vrai. Mais c'est pourtant ce qui compose le quotidien du Cosmos Café. Cet établissement vient tout juste d'ouvrir ses portes... aux éditions Boomerang Éditeur jeunesse, sous la plume du dessinateur Tristan Demers.

Frais, jeune, léger, mais aussi cultivant un humour simple et sans danger, ce premier tome — intitulé Spatial du jour — d'une série en cours de construction pose les jalons de l'univers loufoque inventé par le père de Gargouille qui déménage désormais son terrain de jeu dans l'espace intersidéral. Sur la planète Zblutz, pour être précis.

Dans ce monde à part, le lecteur (et son pendant féminin) découvre l'étrange restaurant de Maïla, d'Orbilia et Spout animé par Kassoulaid, chef cuisinier et spécialiste des cocktails, dit-on. Repaire de clowns cosmiques et de mollusques astraux, l'endroit, on s'en doute, est en constante ébullition, offrant ainsi à Demers un décor idéal pour développer sur le modèle de l'histoire en une planche des blagues dont l'efficacité n'est toutefois pas constante.

Première incursion de cet éditeur jeunesse dans le champs de la bédé, Cosmos Café étonne par la qualité de sa forme: papier glacé et couleurs qui donnent une facture très européenne à l'objet. Cette création se démarque toutefois par le choix des thèmes ainsi que par son iconographie, qui trahissent avantageusement ses origines, mais qui donnent aussi une bonne idée de sa cible: des pré-ados adeptes d'un humour aussi absurde que consensuel. Ou des adultes gentiment attardés.