Lance Armstrong : ange ou démon ?

Le cycliste Lance Armstrong est un authentique champion, un héros, un martyr même, qui appartient de plein droit au panthéon des géants de la route, et tous ceux qui le critiquent ou émettent des doutes sur son intégrité d'athlète sont des «clabaudeurs» et des «talibans du pipi». Telle est l'opinion que formule Christian Laborde, romancier et pamphlétaire français, dans Champion, un essai sous-titré Défense et illustration de Lance Armstrong.

Prenant la forme d'un récit sportif qui relate l'effort grandiose du cycliste américain dans la montée du Pla d'Adet lors du Tour de France 2005, cette apologie de Lance Armstrong multiplie aussi les coups de chapeau à d'anciens champions grimpeurs comme les Poulidor, Gaul, Bahamontes, Fachleitner et Indurain.

Laborde l'avoue: il veut rêver et retrouver l'enfant en lui. Cela, les grands cyclistes le lui permettent, mais il y a toujours des sceptiques et des soupçonneux qui viennent gâcher la fête. Armstrong dopé? Laborde s'en fout. Le Tour de France, de toute façon, est «un boulot de bête de somme, de trait», et les frères Pélissier, dès 1924, admettent être obligés de fonctionner «à la dynamite». Aussi, que les pisse-vinaigre cessent donc de rendre tristes les grands enfants en les privant de leurs illusions. Armstrong est un survivant (3 % de probabilités de vaincre son cancer, lui avait-on dit), «le premier serial killer en cuissard»; Laborde trouve ça beau et ne veut surtout pas qu'on égratigne son héros.

Les mauvaises langues qui prétendent que l'Américain ne serait peut-être pas propre propre ne sont que des «mauvais perdants» qui ont oublié l'esprit de ces grands commentateurs du cyclisme que furent Antoine Blondin, Jacques Perret et Dino Buzatti: «Leurs pages, leurs mots étaient aussi légers, aussi scintillants que les vélos des champions dont ils racontaient les exploits. S'attardant sur les paysages, sur les machines, sur les visages heureux ou défaits des coureurs, ils nous offraient une portion d'enfance, une tranche de rêve, un nuage de joie.» C'est exactement ce que tente de faire Laborde pour se distinguer de la «cohorte de culs de plomb, d'assis sans syntaxe» qui sévit à l'heure actuelle.

Son Champion, c'est vrai, a du souffle, celui de la passion, mais ses appels répétés à faire taire l'esprit critique en nous pour lui préférer l'enthousiasme du fan nous laissent, adultes que nous sommes, avec un malaise.

Armstrong pisté

Grands journalistes sportifs, le Français Pierre Ballester et l'Irlandais David Walsh n'ont rien contre le rêve, mais ils aiment mieux la réalité, surtout quand le rêve prend la forme d'une illusion potentiellement destructrice. Sceptiques, comme plusieurs, devant les exploits surhumains d'Armstrong, ils ont décidé d'enquêter sur son cas et de livrer les fruits de leur investigation dans L.A. Confidentiel - Les Secrets de Lance Armstrong, un fascinant document journalistique d'abord publié en 2004 et réédité en format de poche cette saison.

Les fans du champion ont parlé de harcèlement. Ballester et Walsh s'en défendent bien en affirmant que l'essentiel est ailleurs et tient à cette grave question: «Le sport est-il encore un terrain de jeu ou un champ d'expérimentation?» Pour y répondre, le cas Armstrong est tout indiqué puisque, comme l'affirme l'ex-champion Greg LeMond, «si l'histoire de Lance est vraie, c'est le plus grand come-back de l'histoire du sport; si elle est fausse, c'est la plus grande fraude de l'histoire du sport».

Ne laissant rien au hasard, les deux journalistes ont parlé à presque tous ceux qui ont côtoyé Armstrong de près, au principal concerné lui-même et à une foule de médecins et de scientifiques. Leurs conclusions? Beaucoup, beaucoup de secrets entourent le champion, les soupçons qui pèsent sur lui ne sont pas que des rumeurs et toute son histoire sent très fort le soufre.

Armstrong, par exemple, nie avoir parlé de dopage avec certains de ses ex-coéquipiers qui prétendent le contraire. Un de ses médecins, le docteur italien Michele Ferrari, a déjà affirmé que l'EPO n'était pas plus dangereuse que le jus d'orange et a été accusé d'administration de substances dopantes et de fraude sportive. Emma O'Reilly, ancienne soigneuse d'Armstrong, est formelle: le cycliste ne roule pas à l'eau claire. Le cycliste, d'ailleurs, en 1999, a été contrôlé positif à un corticoïde et seule une pirouette douteuse lui a permis de se disculper.

Plus grave encore, plusieurs mystères, selon les journalistes, entourent son cancer. Armstrong a lui-même fourni des chiffres contradictoires sur la gravité de sa maladie et on continue de se demander comment les tests antidopage n'ont pas relevé dans ses urines la présence d'une hormone que l'on retrouve chez les dopés ou... les cancéreux! Quand aux arguments du cycliste selon lesquels ses performances s'expliqueraient, entre autres, par l'utilisation d'une tente hypoxique et par sa fréquence de pédalage, ils sont ici mis en pièces à l'aide de solides analyses scientifiques.

Enquête journalistique de première classe, L.A. Confidentiel est un document essentiel pour tous les amateurs de sport qui refusent d'être bernés et qui croient encore à l'éthique sportive. Armstrong, soi-disant Monsieur Propre, a intimidé, tout au long de sa carrière, des coureurs honnêtes (comme le Français Christophe Bassons) que leur droiture, dans un monde de dopés, a condamnés à l'anonymat. Champion? Pas sûr, nous disent avec brio Ballester et Walsh, qui publieront une suite à cette enquête dans quelques mois.

Collaborateur du Devoir

***

Champion

Défense et illustration de Lance Armstrong

Christian Laborde

Plon

Paris, 2006, 140 pages

***

L.A. Confidentiel

Les Secrets de Lance Armstrong

Pierre Ballester et David Walsh

Points

Paris, 2006, 384 pages