Barcelone à livre ouvert

C'est un écriteau dans la vitrine poussiéreuse d'une librairie d'occasion: «Le livre qui vous cherche est ici.» À côté de l'inévitable «Lire fait pousser les cheveux», qui nous rappelle que le libraire, emmuré vivant derrière son comptoir de livres, est également poète. Depuis qu'il existe, on le sait, le livre fascine, il dispose de sa propre vie et ouvre chaque fois sur des portes inconnues.

Prix Planeta 2001 — l'équivalent du Goncourt espagnol — et lauréat 2005 du Prix des libraires du Québec dans la catégorie «romans étrangers», L'Ombre du vent est une oeuvre gigogne qui nous emporte dans la Barcelone de l'après-guerre civile où, à l'ombre des démons endormis du franquisme, se joue une histoire livresque et fabuleuse.

Daniel Sempere, un garçon fantasque d'une dizaine d'années qui a toujours grandi au milieu des livres, est emmené un jour par son père au «cimetière des livres oubliés» pour y choisir un livre et l'adopter. Un endroit secret, une sorte de sanctuaire connu seulement d'une poignée d'initiés et de quelques rares bibliophiles: «Dans ce lieu, les livres dont personne ne se souvient, qui se sont évanouis avec le temps, continuent de vivre en attendant de parvenir un jour entre les mains d'un nouveau lecteur, d'atteindre un nouvel esprit.» Il y choisit L'Ombre du vent, d'un certain Julián Carax, écrivain disparu sans laisser de traces durant l'été 1936.

Daniel avalera le livre en une seule nuit et se passionnera des années durant pour cet auteur énigmatique, avant de découvrir qu'un mystérieux inconnu sans visage achète, vole et brûle les rares exemplaires qui subsistent des livres de Carax. Avec le souffle d'un roman de cape et d'épée, le récit nous entraîne dans le sillage de son enquête et de ses aventures.

Des dialogues parfaits, de l'esprit, des sentiments, des livres. Mêlant le roman d'apprentissage et le thriller politico-fantastique, Gaston Leroux, avec Fantomas, et Umberto Eco, l'imagination fertile de Carlos Ruiz Zafón sème le vent tandis que le lecteur récolte bonheur et insomnie. Oubliez vite tous les Da Vinci Code et autres best-sellers programmés. L'Ombre du vent est peut-être le livre qui vous cherche...

Collaborateur du Devoir