La hausse du niveau des océans s’accélère

Ce texte est tiré du « Courrier de la planète » du 24 mai 2022. Pour vous abonner, cliquez ici.

La hausse du niveau des océans est une des conséquences des changements climatiques guettant le plus de personnes sur notre planète. La Banque mondiale évaluait en 2020 que plus d’un milliard d’humains pourraient être directement affectés par une hausse du niveau moyen de la mer. Au Québec, les premières régions touchées seront vraisemblablement la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.

Ce graphique créé par Le Devoir permet de visualiser l’augmentation cumulative du niveau moyen des océans depuis 1993. On peut y voir que la hausse d’environ 6 centimètres en 2012 s’établit à plus de 10 centimètres en 2022. Ces données d’altimétrie satellitaire proviennent du service européen Copernicus.

En mesurant l’altitude sur une multitude de points des océans de la Terre, il est possible de calculer l’augmentation de leur niveau moyen. Comme la hausse de la température moyenne, elle est plus ou moins importante selon les régions du globe.

Pour ces 30 prochaines années, le service météorologique national américain estime que le niveau moyen de l’eau pourrait augmenter de 20 centimètres sur la côte ouest et de 35 centimètres sur la côte est.

Sur le graphique, on peut distinguer une variation du taux d’augmentation ; le rythme semble s’être accéléré ces dernières années. Auparavant estimée à environ 2,8 millimètres par an, l’augmentation annuelle est aujourd’hui de plus de 4,2 millimètres.

Bien qu’il soit difficile d’expliquer précisément les causes de cette accélération, la hausse des océans est généralement attribuée en égales parties à deux phénomènes, soit la fonte des glaciers et des banquises de la planète ainsi que l’expansion thermique de l’eau due à son réchauffement.

À voir en vidéo