Les résidents de Tiny à Queen’s Park pour défendre leur eau

L’ancien conseiller municipal de Tiny Tony Mintoff est venu appuyer ses concitoyens devant Queen’s Park.
Étienne Lajoie L’ancien conseiller municipal de Tiny Tony Mintoff est venu appuyer ses concitoyens devant Queen’s Park.

Plusieurs organismes du comté de Simcoe, au nord de Toronto, se sont rassemblés devant Queen’s Park mardi, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, pour demander au gouvernement ontarien de protéger l’eau des hautes terres du comté — l’une des plus pures au monde, selon certains scientifiques canadiens.

« L’événement m’a rechargée », a lancé la Franco-Ontarienne Bonnie Pauzé, rencontrée aux abords de la législature ontarienne. La résidente de la municipalité de Tiny fait partie d’un groupe de militants s’opposant à l’extraction d’agrégats qui menace l’aquifère du secteur. Plus de 1100 personnes ont aussi signé une pétition à la Chambre des communes demandant la protection de l’eau de la région. À une centaine de mètres à peine du domicile de la Franco-Ontarienne, l’entreprise Dufferin Aggregates extrait des milliers de tonnes de gravier de la carrière Teedon et cherche maintenant à étendre ses opérations.

L’ex-conseiller municipal Tony Mintoff a joint ses concitoyens, arrivés en autocar mardi matin, devant la législature ontarienne. « Je n’ai pas perdu mon intérêt pour la cause », a-t-il mentionné, les mains agrippées à une pancarte avec le slogan « Sauvez notre eau ! Stoppez les gravières ! ». Il a remis sa démission en septembre dernier en raison de l’aval donné par ses anciens collègues à l’agrandissement de la carrière, entre autres.

Un peu plus loin, une autre entreprise d’extraction d’agrégats, Sarjeant, tente pour sa part d’obtenir deux permis de prélèvement d’eau pour son site, qui a déjà été défriché. « Je serais contente si ces deux permis ne sont pas octroyés », a fait savoir Anne Nahuis. La résidente du village de Elmvale, tout près de Waverley, milite aux côtés de Bonnie Pauzé depuis plusieurs années pour protéger l’eau de la région.

La majorité des membres des différents groupes qui défendent l’eau souhaitent que l’extraction d’agrégats aux deux carrières soit stoppée, explique Tara Marshall, membre du conseil d’administration de la Fédération d’associations riveraines de la municipalité de Tiny (FoTTSA). « Si on veut stopper l’extraction d’une entreprise privée comme CRH Canada, [la compagnie mère de Dufferin Aggregates], ça va prendre plus que seulement les résidents », dit Mme Marshall.

Les ambitions sont encore plus grandes au sein du Parti vert de l’Ontario. Lors d’un discours, son chef Mike Schreiner a demandé un moratoire immédiat pour tous les nouveaux projets d’extraction de gravier.

« Vous ne pouvez pas cesser l’extraction de gravier », glisse toutefois le professeur Mike Powell, qui projette de faire une demande de financement au fédéral pour étudier pendant cinq ans l’eau du secteur et ce qui explique sa qualité. Il souhaite que l’extraction d’agrégats cesse sur les deux sites pendant ce temps.

CRH Canada a obtenu du gouvernement ontarien un nouveau permis de prélèvement d’eau pour la carrière Teedon en mars 2020 ; FoTTSA et le conseil municipal de Tiny font appel de la décision.

Un rassemblement attendu

 

Les participants attendaient depuis longtemps le rassemblement, qui avait été reporté en raison de la COVID-19, et préparent déjà le prochain.

« C’est la première fois que nous nous rassemblons depuis le début de la pandémie, donc c’est difficile d’avoir le pouls du groupe », a admis Tara Marshall, qui organisait le rassemblement.

Plusieurs étaient déçus de l’absence de la députée progressiste-conservatrice de la circonscription de Simcoe-Nord, Jill Dunlop. La députée a été invitée à deux reprises, selon Mme Marshall. L’adjointe de la députée, Jacqueline Bayley, a confirmé au Devoir avoir reçu l’invitation, mais a affirmé que Mme Dunlop n’était pas disponible. La députée, qui est aussi ministre des Collèges et Universités, ne pouvait pas non plus répondre à nos questions.

L’opposition au gouvernement Ford était palpable à certains moments du rassemblement. Deux députés provinciaux du NPD se sont d’ailleurs prononcés. « En sortant de la Chambre d’assemblée, j’ai demandé au ministre de l’Environnement s’il voulait venir vous rencontrer et il ne m’a pas répondu », a lancé la députée néodémocrate Sandy Shaw. « On verra s’il veut venir vous expliquer pourquoi la protection de l’environnement a été un échec », a-t-elle poursuivi.

Le professeur Mike Powell souhaite que tous les groupes concernés s’assoient à la même table pour en arriver à un projet de loi qui protège l’aquifère de Tiny, entre autres, tout en permettant l’extraction d’agrégats ailleurs. « Les politiciens doivent entendre un plan qui est réaliste », dit le professeur. « C’est important que les gens comprennent qu’on ne peut pas être contre le gravier. »

Ce reportage bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

À voir en vidéo