L’appui de Québec à Anticosti se fait toujours attendre

Les chutes Vauréal sur l’île d’Anticosti.
Photo: Pierre Lahoud Les chutes Vauréal sur l’île d’Anticosti.

Le dossier est jugé complet, il a reçu l’appui de scientifiques et d’universitaires dans huit pays, d’élus locaux et de nations autochtones. La municipalité de L’Île-d’Anticosti attend maintenant le consentement du gouvernement Couillard pour présenter sa candidature au fédéral, en vue d’une éventuelle inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais celui-ci n’a toujours pas pris de décision, à moins de dix jours de l’échéance pour le dépôt du dossier.

Selon les informations obtenues par Le Devoir auprès de sources bien au fait de la question, le Conseil des ministres aurait en main tous les documents nécessaires pour décider s’il appuie, ou non, l’ambitieux projet de la municipalité. La décision serait d’ailleurs imminente, alors que le dossier doit être déposé au plus tard le 27 janvier auprès du gouvernement fédéral, qui décidera par la suite quels projets seront soumis à l’UNESCO.

Le hic, ont expliqué des sources, c’est que Québec finance un projet d’exploration pétrolière sur l’île, en vertu d’un contrat signé en 2014 par le gouvernement péquiste. Dans ce contexte, on aurait évoqué la question des risques de poursuites de la part des partenaires privés dans la société en commandite Hydrocarbures Anticosti, soit Pétrolia, Corridor Resources et Saint-Aubin.

Photo: Alexandre Shields Le Devoir

Depuis que Philippe Couillard a manifesté son opposition à l’exploitation d’énergies fossiles sur l’île, Pétrolia a d’ailleurs ouvertement critiqué le premier ministre à plusieurs reprises. L’entreprise, dont Québec est le premier actionnaire, a même évoqué la possibilité d’intenter des poursuites et d’exiger des compensations financières, en cas d’arrêt du projet de recherche de pétrole et de gaz de schiste. En théorie, des forages avec fracturation sont prévus cette année.

Interpellés par Le Devoir, le cabinet du ministre de l’Environnement David Heurtel et le bureau du premier ministre Philippe Couillard ont renvoyé les questions au ministère des Relations internationales et de la Francophonie.

Le porte-parole du cabinet de la ministre Christine St-Pierre, Jack Roy, s’est contenté de dire que « le dossier est présentement en analyse ». Selon ce qu’il a précisé, la décision devrait être prise d’ici le 27 janvier. Évoquant les dossiers qui pourraient être soumis à l’organisme onusien, il a simplement mentionné que dans des cas comme celui d’Anticosti, il existe « des beautés naturelles qui pourraient être protégées par le patrimoine mondial de l’UNESCO ».

Île exceptionnelle

 

Pour la municipalité d’Anticosti, qui rendait publique sa candidature mardi, il ne fait aucun doute que le « dossier scientifique » rédigé au cours des derniers mois est complet et crédible. Selon ce qu’a fait valoir son maire John Pineault, la plus grande île du Québec se conforme à quatre des 10 critères établis par l’UNESCO, tous liés à des caractéristiques naturelles et culturelles « exceptionnelles ».

D’un point de vue géologique, par exemple, elle est « unique au monde », estime le professeur André Desrochers, du Département des sciences de la terre et de l’environnement de l’Université d’Ottawa. « Anticosti est le meilleur laboratoire naturel pour l’étude de la première extinction de masse du vivant, il y a près de 445 millions d’années. Elle nous permet de mieux comprendre les profonds changements climatiques qu’a subis la planète à cette époque et la manière dont la vie a repris son cours ». Et aucun site du genre n’est actuellement inscrit au patrimoine mondial, a-t-il insisté.

« Cette île possède un extraordinaire paysage culturel, des caractéristiques que l’UNESCO cherche également à protéger, a constaté pour sa part Philippe Poullaouec-Gonidec, directeur de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. L’interaction entre l’être humain et la nature, l’histoire de son occupation, les traditions et les savoir-faire bien ancrés dans les mémoires de ses habitants en font un lieu au caractère symbolique universel. »

Éviter l’exode

Le projet de reconnaissance de l’UNESCO s’inscrit surtout dans « un plan stratégique de développement », a fait valoir mardi le maire Pineault.

Aux prises avec une population qui recule année après année, et qui avoisine aujourd’hui les 200 habitants, il espère relancer Anticosti en misant sur le développement touristique. Selon ce qu’il a confié, des investisseurs auraient d’ailleurs manifesté leur intérêt à développer éventuellement un projet immobilier sur l’île.

Avec ses 8000 km2 (16 fois la superficie de l’île de Montréal), Anticosti offre aussi, selon lui, « un fort potentiel » en écotourisme. La question du transport devra pour cela être résolue, a toutefois admis le maire, puisque les coûts sont actuellement exorbitants. Certains ont également déjà évoqué la nécessité de lever les « entraves bureaucratiques » aux projets. À titre d’exemple, il est impossible pour les Anticostiens de développer des produits dérivés du cerf de Virginie, même si la population de l’île avoisine les 200 000 têtes.

Le metteur en scène Dominic Champagne, qui a réalisé le documentaire Anticosti : la chasse au pétrole extrême et qui connaît bien l’île, juge qu’Anticosti mériterait d’abord une reconnaissance de la part du Québec.

« Ce n’est pas parfait Anticosti, parce que les chevreuils et les coupeurs de bois ont fait passablement de dégâts, a-t-il souligné mardi. Mais il y a là une valeur indéniable. Et il y a des créneaux plus durables que le pétrole, des créneaux qui pourraient être la source d’emplois durables, mais aussi de fierté. Il ne s’agit pas d’aller seulement chercher les ressources naturelles des régions. Les régions existent vraiment dans la mesure où il y a des gens occupent le territoire avec un art de vivre qui leur est propre. C’est ce que font les Anticostiens. »



À voir en vidéo