Blocage autochtone en vue à Anticosti

Le gouvernement a autorisé récemment Hydrocarbures Anticosti à réaliser trois forages avec fracturation sur l’île. Ces travaux financés majoritairement par l’État québécois doivent débuter cet été, pour être achevés en 2017. C’est l’opérateur des travaux sur le terrain, l’entreprise Pétrolia, qui dirigera les opérations.
Photo: Caroline Montpetit Le Devoir Le gouvernement a autorisé récemment Hydrocarbures Anticosti à réaliser trois forages avec fracturation sur l’île. Ces travaux financés majoritairement par l’État québécois doivent débuter cet été, pour être achevés en 2017. C’est l’opérateur des travaux sur le terrain, l’entreprise Pétrolia, qui dirigera les opérations.

Les représentants de la communauté innue de Mingan s’apprêtent à déposer une demande d’injonction pour invalider l’autorisation de réaliser trois forages avec fracturation à Anticosti, accordée par le gouvernement du Québec à Hydrocarbures Anticosti, le 15 juin dernier. Si l’injonction n’est pas accordée, les membres de la communauté innue ont l’intention d’aller carrément occuper l’île d’Anticosti pour empêcher les forages.

C’est ce qu’a dit lundi au Devoir le chef de la communauté innue de Mingan, Jean-Charles Piétacho, alors qu’il se rendait à Niagara pour assister à un rassemblement de l’Assemblée des Premières Nations du Canada (APN). M. Piétacho comptait également présenter une résolution à l’APN pour aller chercher le soutien d’autres membres des Premières Nations du Canada contre la prospection et l’exploitation du pétrole à Anticosti.

Idéalement, cette injonction devrait être déposée avant le 15 juillet, soit 30 jours après l'émission des autorisations, explique Me David Schulze, l’avocat de la communauté innue dans ce dossier. Cependant, ce délai pourrait être assoupli du fait que plusieurs informations sont manquantes au dossier, entre autres des données en hydrologie. « On a demandé à consulter les autres documents, mais ils nous ont été refusés. On nous a renvoyés à la loi d’accès à l’information », poursuit Me Schulze. « L’obtention de ces documents nous permettrait d’obtenir l’avis d’autres experts sur le sujet. »

Je pense qu’il va y avoir un soulèvement quand ça va débuter. Je pense que la population va bouger.

 

Selon plusieurs sources, les autochtones fréquentent l’île d’Anticosti depuis des millénaires, même s’ils n’y habitent plus aujourd’hui. Les Innus nommaient autrefois l’île d’Anticosti Nâtâkwan, « lieu où l’on chasse l’ours », écrit Alexandre L. Gaudreau dans son livre Lumière sur Anticosti. On ne trouve plus d’ours sur Anticosti aujourd’hui.

Appui du préfet

 

Les Innus de Mingan ne sont pas seuls dans cette démarche. Luc Noël, le préfet de la MRC de la Minganie, qui couvre le territoire d’Anticosti, est également devenu opposé au projet après s’être buté à des portes fermées quant à l’accès à l’information.

« Au début, on avait une approche très objective, dit M. Noël. Mais le ministère a commencé à nous tasser et Pétrolia ne voulait pas nous donner l’information. » Pétrolia, qui met en oeuvre le projet d’Hydrocarbures Anticosti, a bien tenu des séances d’information à Port-Menier, mais n’a pas rencontré la MRC. Et M. Noël précise que la MRC a une politique sur les projets touchant les ressources naturelles. Si un projet touche n’importe laquelle des huit municipalités, la MRC doit être consultée. Quant à John Pineault, le maire de Port-Menier élu au printemps dernier, il s’oppose également au projet.

« La première question qu’on a posée quant au projet, c’était où est-ce que vous allez prendre votre eau ? poursuit M. Noël. On savait qu’ils voulaient la prendre dans les rivières à saumon, mais on sait aussi qu’il n’y a pas assez d’eau dans les rivières d’Anticosti. » C’est sans parler, bien sûr, des inquiétudes que le pompage d’eau génère au sujet des populations de saumons, espèce fragile des rivières anticostiennes.

On sait aussi que pour que l’exploitation de pétrole sur Anticosti soit rentable, il faudrait que la valeur du baril de pétrole flotte au-dessus des 100 dollars, ce qui est loin d’être le cas présentement.

Depuis, un comité scientifique indépendant s’est penché sur le dossier. « Ils n’étaient ni pour ni contre, dit M. Noël, ils ont fait la démonstration des dangers des gaz de schiste. » M. Noël évoque par ailleurs des failles dans le sous-sol d’Anticosti, qui aurait l’allure du gruyère. À cause de ces failles dans le sol, l’extraction par fracturation peut donc avoir un « effet domino très inquiétant », dit-il. En fait, il semble que plus les citoyens sont informés sur les conséquences possibles de l’extraction de pétrole par fracturation à Anticosti, plus l’opposition grandit.

« Je pense qu’il va y avoir un soulèvement quand ça va débuter, prédit le préfet Noël. Je pense que la population va bouger. Ils ont beau dire que c’est un milieu isolé, et aller de l’avant avec leurs cochonneries… » La semaine dernière à Anticosti, on attendait toujours de voir arriver le personnel de Pétrolia avec son équipement de forage. « D’après moi, et c’est une opinion personnelle, ils attendent les délais de contestation avant de commencer les forages, dit M. Noël. Pour ne pas dépenser des milliers de dollars pour rien. »

« Quêteux de subventions »

En fait, plusieurs opposants au projet d’Hydrocarbures Anticosti auraient été ouverts à l’extraction de pétrole si celui-ci avait été récolté de façon traditionnelle, c’est-à-dire sans fracturation. Mais plusieurs pétrolières, dont le géant Shell, ont déjà fait de la prospection, en vain, sur Anticosti. En comparaison, Pétrolia est perçue par plusieurs comme une néophyte en matière d’extraction de pétrole. « Ce sont des quêteux de subventions », proteste John Pineault. « Ils siphonnent nos impôts », renchérit M. Noël.

Pour Jean-Charles Piétacho, le projet d’extraction de pétrole par fracturation sur Anticosti est « insensé » et « irrespectueux ».

Le conseil de bande de la communauté innue de Mingan a fait deux demandes d’information par lettre à Pétrolia. « À la dernière minute, ils ont dit qu’ils voulaient nous rencontrer, dit M. Piétacho. Mais je leur ai dit de répondre à mes questions, par écrit, avant », dit-il. Il a finalement tout simplement reçu une lettre du gouvernement du Québec l’avisant que les permis avaient été accordés à Hydrocarbures Anticosti pour permettre le forage de trois puits par fracturation.

Je pense qu’il va y avoir un soulèvement quand ça va débuter. Je pense que la population va bouger.

À voir en vidéo