L’avis d’Ottawa n’a pas été sollicité

La rivière Sainte-Marie, sur l’île d’Anticosti, abrite des saumons de l’Atlantique.
Photo: Productions Rapide-Blanc La rivière Sainte-Marie, sur l’île d’Anticosti, abrite des saumons de l’Atlantique.

Même si l’habitat du saumon atlantique est protégé en vertu de la Loi sur les pêches du fédéral, Le Devoir a appris que le gouvernement Couillard n’a jamais sollicité l’avis de Pêches et Océans Canada avant d’autoriser le prélèvement de millions de litres d’eau dans des rivières à saumon de l’île d’Anticosti. Québec se défend en disant avoir mené toutes les analyses nécessaires pour assurer la protection de cette espèce en voie de disparition.

Le Devoir révélait lundi qu’en vertu des autorisations signées en juin par le ministre de l’Environnement, David Heurtel, Hydrocarbures Anticosti pourra puiser plus de 30 millions de litres d’eau dans des rivières de l’île afin de réaliser les trois premiers forages avec fracturation.

Pour des populations présentant de faibles effectifs, une baisse significative du recrutement et de l’abondance a le potentiel de provoquer leur extinction

 

Le gouvernement du Québec, principal bailleur de fonds du projet, a notamment autorisé des prélèvements dans deux cours d’eau qui abritent des populations de saumon de l’atlantique, soient les rivières Jupiter et Sainte-Marie. La Jupiter abrite à elle seule près de 30 % de tous les saumons d’Anticosti.

Or, l’habitat du saumon est protégé en vertu des dispositions portant sur la protection de l’habitat du poisson de la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral. Cette protection a pour objectif d’éviter la « détérioration », la « destruction » ou la « perturbation » de l’habitat de cette espèce. C’est le Programme de protection des pêches, placé sous l’autorité de Pêches et Océans Canada, qui gère les « menaces » qui peuvent peser sur toute espèce protégée par la Loi sur les pêches.

Interpellé lundi par Le Devoir, Pêches et Océans Canada a toutefois confirmé que le gouvernement Couillard n’avait jamais sollicité son avis avant d’autoriser le prélèvement de millions de litres d’eau dans des rivières qui servent justement d’habitat au saumon. « Pêches et Océans Canada n’a reçu aucune demande d’examen concernant les activités de forage sur l’île d’Anticosti », a répondu la porte-parole de la division régionale du Québec de Pêches et Océans, Sylvi Racine.

« Le gouvernement provincial n’a pas sollicité la collaboration de Pêches et Océans Canada » en vertu du Programme de protection des pêches, a-t-elle précisé. Le ministère n’a donc produit « aucun avis » avant que le gouvernement du Québec donne le feu vert aux prélèvements prévus dans le programme de recherche de pétrole et de gaz de schiste.

« Il incombe au promoteur de respecter la Loi sur les pêches et de soumettre son projet à Pêches et Océans Canada pour une demande d’examen réglementaire s’il juge qu’il ne peut pas éviter des dommages sérieux aux poissons », a fait valoir Mme Racine, dans une réponse transmise par courriel.

Le biologiste Sylvain Archambault, de la Société pour la nature et les parcs, estime d’ailleurs que le gouvernement Couillard aurait dû solliciter l’expertise fédérale avant d’autoriser les prélèvements. Il a ainsi souligné que certaines données sur le niveau d’eau des rivières de l’île ne sont plus à jour.

Analyse rigoureuse

Le cabinet du ministre David Heurtel s’est pour sa part voulu rassurant lundi. Compte tenu de l’importance des enjeux en matière de « protection » de l’eau, « nous avons mené une démarche scientifique rigoureuse », a souligné le cabinet du ministre David Heurtel dans une réponse transmise en soirée.

Le cabinet dit notamment avoir basé sa décision sur l’avis du « comité d’experts » chargé d’analyser la demande d’autorisation présentée par Hydrocarbures Anticosti. Selon les termes de celle-ci, le « débit » des rivières touchées par le prélèvement de 30 millions de litres d’eau sera protégé adéquatement, a répondu en substance le cabinet de M. Heurtel.

Le ministère de l’Environnement « assure une présence sur les sites d’exploration pétrolière aux étapes clés des projets. Il suit de près les activités, vérifie la conformité des autorisations environnementales et le respect des lois et des règlements en vigueur. Le prélèvement des eaux sera partie intégrante des éléments qui seront contrôlés », a en outre fait valoir le bureau du ministre.

Eau insuffisante

Même si Québec affirme que les prélèvements seront menés de façon à respecter les lois environnementales, il a néanmoins été démontré que les rivières de l’île ne pourraient être en mesure de fournir les importantes quantités d’eau qui seraient nécessaires pour alimenter l’exploitation d’éventuels gisements de pétrole et de gaz sur Anticosti.

Le rapport final de l’évaluation environnementale stratégique (EES) souligne ainsi que seuls 2 des 49 bassins-versants de l’île « pourraient subvenir aux besoins globaux » en eau de l’industrie. Et encore faudrait-il limiter les forages menés simultanément à seulement quatre sites, ce qui serait impossible en phase commerciale. Si l’industrie s’implante sur l’île, il est question de forer plus de 4200 puits sur une période de 50 ans, soit près d’une centaine par année en période de « pic » de développement.

Le rapport de l’EES suggère donc de « considérer » l’idée de puiser l’eau nécessaire pour les forages directement dans le Saint-Laurent. C’est aussi là que seront rejetés les millions de litres d’eaux usées des forages, une fois traités sur l’île selon une méthode encore inconnue.

Potentiel d’extinction

Une étude menée par le ministère de la Faune et des chercheurs universitaires conclut par ailleurs que « proportionnellement à leur taille, les rivières à saumon de l’île d’Anticosti présentent une grande quantité d’habitats de haute qualité pour le saumon atlantique ».

Qui plus est, tout déversement toxique résultant de l’exploitation ou de l’exploration pétrolière serait susceptible de mettre en péril le renouvellement de la population de saumon de l’île. « Pour des populations présentant de faibles effectifs, comme c’est le cas pour de nombreuses rivières à saumon atlantique de l’île d’Anticosti, une baisse significative du recrutement et de l’abondance a le potentiel de provoquer leur extinction », souligne le document scientifique, qui a été remis au gouvernement du Québec.

 

Consultez la carte des forages menés par Hydrocarbures Anticosti en 2014 et 2015

 

Consultez notre dossier Anticosti, seule face au pétrole tout-puissant

À voir en vidéo