Québec affirme vouloir mieux protéger le caribou forestier

Le caribou forestier est une espèce désignée comme vulnérable depuis 2005 au Québec, en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.
Photo: Louis Gagnon Tourisme Québec

Le caribou forestier est une espèce désignée comme vulnérable depuis 2005 au Québec, en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

Montré du doigt par les groupes environnementaux pour sa lenteur à agir, le gouvernement du Québec a promis mardi la mise en place d’un plan d’action en faveur d’une meilleure protection de l’habitat du caribou forestier, une espèce directement menacée par l’industrie forestière. Un plan dont plusieurs éléments clés restent à préciser.

Selon les mesures annoncées conjointement par trois ministres du gouvernement Couillard, Québec compte établir une nouvelle « limite nordique », soit la limite au-delà de laquelle des coupes de bois sont proscrites. Mais celle-ci reste à préciser, même si le ministre des Forêts Laurent Lessard a promis la « préservation des habitats du caribou au nord de la limite nordique des forêts attribuables ».

Le gouvernement a également promis la création d’une aire protégée dans le secteur des Montagnes Blanches, une région située au nord du Saguenay-Lac-Saint-Jean et jugée essentielle pour l’espèce. Mais Québec n’a pas précisé quelle pourrait être la superficie de cette aire, ni quand celle-ci sera officialisée.

Qui plus est, le Journal de Québec révélait récemment que le gouvernement veut permettre des coupes forestières dans cette région ou la régénération forestière pourrait prendre jusqu’à 200 ans.

Le ministre David Heurtel a également réaffirmé l’intention du gouvernement de créer une aire protégée dans la vallée de la rivière Broadback, au sud de la baie James. En vertu d’une entente intervenue en 2015 avec la nation Crie, des portions du territoire du bassin-versant de la rivière Broadback ont été protégées. Cette entente ne protège toutefois pas l’intégralité des zones forestières intactes qui sont pourtant essentielles au caribou forestier. Son habitat devrait en fait être fragmenté, ce qui constitue une menace connue pour l’espèce.

Pauvre en détails

 

Le gouvernement, qui affirme pouvoir faire cohabiter les désirs de l’industrie forestière et les besoins du caribou, s’engage par ailleurs à assurer « un meilleur suivi » des populations de ce mammifère particulièrement sensible à l’activité industrielle. Le caribou forestier est une espèce désignée comme vulnérable depuis 2005 au Québec, en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

« Pour le gouvernement, la protection de cette espèce doit se faire de façon équilibrée en tenant compte du développement socio-économique des régions concernées : c’est pour nous une priorité. Nous mettons donc en oeuvre dès aujourd’hui un plan d’action qui consiste à concentrer la majeure partie des efforts de protection sur les éléments clés de l’habitat du caribou forestier et là où les chances de succès sont les meilleures pour la sauvegarde de l’espèce », a déclaré le ministre Lessard.

« Protéger notre environnement, et plus spécifiquement l’habitat du caribou, c’est en quelque sorte se donner une « assurance nature » pour notre avenir et celui de nos enfants », a pour sa part illustré le ministre de l’Environnement David Heurtel.

Pour la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec), le plan annoncé mardi « est certes riche en intentions, mais pauvre en détails et plusieurs questions subsistent sur ces éléments forts complexes ».

L’organisme se questionne aussi sur l’intention annoncée du gouvernement de conserver tel quel 90 % des forêts intactes au Québec. « Les forêts intactes au nord de la « limite nordique » ne sont pas protégées des autres usages industriels possibles sur ce territoire, comme le développement minier, énergétique et les infrastructures reliées. Dans le contexte du Plan Nord, le développement industriel dans cette région est appelé à augmenter, ce qui aura des impacts sur l’intégrité écologique du territoire », a souligné la SNAP par voie de communiqué.

À voir en vidéo