Le Québec peine à réduire ses émissions de gaz à effet de serre

Le secteur des transports demeure le principal émetteur de GES, responsable de 43 % des émissions totales du Québec en 2013. 
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le secteur des transports demeure le principal émetteur de GES, responsable de 43 % des émissions totales du Québec en 2013. 

Le Québec peine à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, confirme le plus récent bilan officiel, publié jeudi par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Tout cela dans un contexte où de nouveaux projets pourraient venir alourdir le bilan de la province.

L’« Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2013 et leur évolution depuis 1990 » indique ainsi que les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec ont atteint 81,2 millions de tonnes. Il s’agit d’un recul minime par rapport à 2012, soit 0,12 %.

Le secteur des transports demeure le principal émetteur de GES, responsable de 43 % des émissions totales du Québec en 2013. À lui seul, le transport routier représentait 78,2 % des émissions de ce secteur. Le secteur de l’industrie arrive au deuxième rang, avec 30,8 % des émissions. La reste des émissions se répartit entre les secteurs que sont le chauffage des bâtiments (9,5 %), l’agriculture (9,2 %), les déchets (7,2 %) et la production d’électricité (0,3 %).

Globalement, on constate que les émissions de GES ont reculé de 8,6 % depuis 1990, année de référence pour les calculs. Cette diminution de 1990 à 2013 est attribuable principalement au secteur industriel, selon le ministère de l’Environnement.

« Nous avons accompli beaucoup de progrès depuis 15 ans, notamment grâce à nos plans d’action sur les changements climatiques et à nos initiatives novatrices, telles que le marché du carbone, qui constitue la pièce maîtresse de notre action », a également soutenu le ministre David Heurtel dans lecommuniqué annonçant la publication des données sur les GES. Ces données ont été publiées jeudi en après-midi, après l’ajournement des travaux de l’Assemblée nationale.

M. Heurtel a toutefois reconnu que le Québec doit « accélérer la cadence » s’il veut atteindre ses « ambitieux objectifs ». « Il en va de notre bien-être et de celui des générations futures ; faisons-le pour eux ! » a affirmé le ministre Heurtel, toujours par voie de communiqué.

Objectif ambitieux

Il faut dire que le Québec s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de 20 % d’ici 2020, par rapport à 1990. Le gouvernement Couillard a également établi une cible de réduction de 37,5 % d’ici 2030, toujours par rapport à 1990. Le Québec s’est même engagé à réduire, conjointement avec l’Ontario et la Californie, ses émissions de GES de 80-95 % d’ici 2050.

Pour atteindre ses cibles, le gouvernement mise beaucoup sur le marché du carbone. Selon ce qui se dégage des données publiées jeudi, tout indique que des efforts de réduction des GES devront impérativement être faits du côté des transports. En effet, l’accroissement du parc automobile, l’augmentation de la puissance, du poids et des accessoires des véhicules ainsi que l’augmentation du kilométrage parcouru « sont directement responsables de l’importante hausse observée dans le secteur du transport depuis 1990 », note le ministère de l’Environnement.

Des projets industriels en développement pourraient par ailleurs alourdir le bilan québécois au cours des prochaines années. La cimenterie de Port-Daniel pourrait émettre à elle seule deux millions de tonnes de GES par année, soit suffisamment pour annuler les réductions nettes du Québec entre 2011 et 2013. Sans oublier les projets d’exploitation pétrolière et gazière en Gaspésie, qui devraient voir le jour d’ici quelques années. Le développement minier du Nord pourrait aussi accroître les émissions de GES.

À l’échelle canadienne, le Québec fait néanmoins bonne figure, puisque les émissions par habitant sont les plus faibles de toutes les provinces. La principale province émettrice demeure l’Alberta, avec 37 % de toutes les émissions de GES au pays. Celles-ci dépassaient, en 2013, les émissions combinées du Québec et de l’Ontario. À elles seules, les émissions « fugitives » du secteur pétrolier et gazier dépassent le total de tout le secteur des transports au Québec.

À voir en vidéo