Énergie Est: une fois construit, l'oléoduc pourrait ne jamais être démoli

Une fois construit, le pipeline Énergie Est pourrait bien rester enfoui dans le sol au Québec, et notamment sous les cours d’eau, des années après qu'il aura cessé d'être utilisé, selon ce qui ressort des audiences du BAPE portant sur le projet d’exportation de pétrole de TransCanada.

Qu’adviendra-t-il des 648 kilomètres de pipeline qui seront construits au Québec dans le cadre du projet Énergie Est, une fois que le tuyau ne sera plus utilisé ? La question a été posée par plusieurs citoyens depuis le début de l’évaluation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), mais elle demeure pour le moment sans réponse.

« Une évaluation doit être faite » concernant la possibilité de démanteler le pipeline, a répété TransCanada lorsqu’interpellé au début de la deuxième semaine d’audiences du BAPE. Une telle évaluation doit ensuite être soumise à l’Office national de l’énergie, a précisé la pétrolière.

Un expert de l’entreprise albertaine a souligné que des portions du pipeline pourraient aussi être remplies de béton à la fin de son utilisation. Et dans le cas des terres agricoles, la situation devra être évaluée selon les particularités du terrain.

Si le pipeline est laissé en place dans le sol, est-ce que le propriétaire du terrain pour obtenir un « loyer » annuel, en guise de compensation ? « Ça peut être possible », a simplement indiqué la pétrolière. Mais pour le moment, cette idée de « loyer » versé aux propriétaires n’est pas encore confirmée pour la période d’exploitation du pipeline, prévue sur une période d’au moins 40 ans.

Selon ce qu’a également indiqué TransCanada, le démantèlement du pipeline Énergie Est pourrait être difficile dans le cas des traversées de cours d’eau. Quelque 860 cours d’eau du Québec doivent être traversés par le tuyau d’environ un mètre de diamètre, dont 117 rivières de plus de cinq mètres de largeur. Plusieurs rivières à franchir servent de source d’eau potable pour des municipalités.

Chose certaine, retirer le pipeline sous le fleuve Saint-Laurent, dans le secteur de Saint-Augustin-de-Desmaures, pourrait bien s’avérer impossible. Selon ce qu’a fait valoir la semaine dernière TransCanada, une fois installée dans un tunnel qui traversera le fleuve sur une distance de 3,5 kilomètres, la conduite sera fixée dans du béton qui sera injecté dans le sol.

Milieux naturels touchés

 

Par ailleurs, l’entreprise a reconnu lundi soir que son projet pourrait avoir un impact sur l’intégrité des milieux naturels au Québec. « Il va y avoir du fractionnement [avec Énergie Est]. On essaie de le limiter », dit Claude Veilleux, du Groupe Conseil UDA, collaborateur de TransCanada et lobbyiste pour l’entreprise.

Même si TransCanada a refusé de se conformer à la procédure normale d’évaluation environnementale pour son projet de pipeline Énergie Est, Québec lui a accordé en 2013 et en 2015 des permis pour mener elle-même des études fauniques en vue d’obtenir le feu vert pour la réalisation de travaux préliminaires. Des levés sismiques, dont certains effectués à l’aide d’explosifs, ont par la suite été autorisés.

Une prolongation de ces autorisations pour le fleuve Saint-Laurent a même été accordée récemment par le ministre David Heurtel, la veille du dépôt d’une demande d’injonction pour forcer TransCanada à respecter les dispositions de la Loi sur la qualité de l’environnement.

À voir en vidéo