Exit le port pétrolier et les retombées

Photo: Lawrence Côté-Collins

L’abandon du projet de port pétrolier de TransCanada au Québec signifie que le pipeline Énergie Est entraînera la création d’à peine 60 emplois permanents dans la province. Et même si le gouvernement Couillard a souvent vanté les retombées économiques de ce projet d’exportation, il a refusé mercredi de s’engager à exiger des redevances pour le passage de ce tuyau de 700 kilomètres.

TransCanada doit officiellement annoncer jeudi qu’elle abandonne l’idée de construire un port pétrolier d’exportation sur les rives du Saint-Laurent. La multinationale albertaine mettra alors un point final au très controversé projet conçu d’abord pour être implanté à Cacouna, en plein coeur de l’habitat essentiel du béluga, mais aussi dans un milieu naturel reconnu pour sa grande biodiversité.

Ce faisant, la pétrolière renonce à construire des infrastructures portuaires majeures. Selon les documents déposés par l’entreprise à l’Office national de l’énergie (ONE), celles-ci auraient entraîné la création de 50 emplois directs une fois la construction terminée, en 2018.

Maintenant que seul le pipeline doit être construit, l’ensemble du projet permettra de créer à peine 60 emplois directs au Québec, une fois que l’imposant tuyau transportera chaque année 400 millions de barils de pétrole. Durant la phase intense de construction, qui doit s’étaler sur deux ans, TransCanada établit à 2400 le nombre d’emplois pour le pipeline, les stations de pompage et le port.

Pour le chef caquiste, François Legault, l’abandon du projet de port en eaux québécoises est donc une « mauvaise » décision économique dont le gouvernement Couillard est selon lui responsable. Disant vouloir générer des « retombées importantes » pour le Québec, la Coalition avenir Québec a d’ailleurs déposé mercredi une motion à l’Assemblée nationale demandant à Québec de « s’engager à exiger des redevances sur tout nouveau projet prévoyant le transport de pétrole en sol québécois ». Le Parti libéral a toutefois refusé de débattre de la motion caquiste.

Du côté du Parti québécois, on estime que le projet de pipeline ne devrait tout simplement pas recevoir l’aval du gouvernement du Québec. « Sans le port, les retombées sont de zéro », a lancé le porte-parole en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault.

Sans port au Québec, le pétrole des sables bitumineux coulera essentiellement vers le Nouveau-Brunswick. Un pipeline secondaire est toutefois prévu pour rejoindre Montréal, mais on ignore si le pétrole y sera raffiné ou alors chargé à bord de pétroliers. Même chose pour l’autre pipeline secondaire prévu vers Lévis.

Report des audiences

 

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a néanmoins refusé de dire si l’abandon du projet de transbordement de pétrole des sables bitumineux aurait une incidence sur les retombées économiques pour le Québec. Celles-ci n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation indépendante.

Le ministre Arcand a pour sa part déjà livré un plaidoyer en faveur des « avantages économiques » d’Énergie Est, mais en répétant essentiellement les données de la pétrolière. Le discours optimiste du ministre était intervenu au lendemain d’un souper organisé et payé par TransCanada, à Montréal, et auquel avaient participé plusieurs personnalités influentes du milieu économique et de la scène politique. L’ancien premier ministre Jean Charest était du nombre.

L’abandon du port de Cacouna signifie par ailleurs que la multinationale doit réviser le tracé du pipeline en sol québécois, essentiellement dans le Bas-Saint-Laurent. L’entreprise doit d’ailleurs annoncer ce jeudi qu’elle aura besoin de quelques semaines supplémentaires pour finaliser son projet, qui totalise des investissements de 12 milliards dollars.

Visiblement au fait des intentions de l’entreprise, Pierre Arcand a envoyé mardi une lettre à l’ONE dans laquelle il demande à l’organisme fédéral de repousser les audiences publiques sur le projet, prévues pour cet automne. La période permettant de présenter une demande de participation aux audiences est théoriquement déjà terminée. Québec attend cependant que l’ONE réponde à sa lettre officielle.

Quelle que soit la décision de l’ONE, le ministère l’Environnement a réitéré mercredi son intention de mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour mener une évaluation environnementale du projet. Cette étude est promise depuis mai 2014. « Le mandat au BAPE sera donné lorsque nous jugerons avoir assez de documentation sur le projet afin que le BAPE puisse assurer une consultation adéquate et pertinente », a répondu le cabinet du ministre David Heurtel.

Avec ou sans étude du BAPE, Greenpeace juge le projet inacceptable. En entrevue au Devoir le mois dernier, l’auteure et militante Naomi Klein avait elle aussi soutenu que l’approbation du pipeline Énergie Est par le gouvernement Couillard serait immorale. « Si ce pipeline est construit, le Québec deviendra le complice du pire crime contre le climat dans le monde. Car il ne fait aucun doute qu’un pipeline de cette dimension, qui transportera 1,1 million de barils de pétrole par jour, est intimement lié à la croissance de la production des sables bitumineux albertains. »



À voir en vidéo