Recyclage: la CMM a pris deux ans de retard

La quantité par personne de matières envoyées au dépotoir baisse d’année en année.
Photo: - Le Devoir La quantité par personne de matières envoyées au dépotoir baisse d’année en année.

Si la grande région de Montréal effectue des progrès dans la gestion de ses matières résiduelles, ce n’est qu’en 2013 qu’elle a atteint les cibles qu’elle s’était fixées pour 2011 en matière de recyclage, a appris Le Devoir.

 

En 2012, les municipalités du Grand Montréal ont « presque » atteint l’objectif de récupérer 60 % des matières recyclables, s’est félicitée vendredi la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui regroupe les 82 municipalités de l’île de Montréal et des couronnes nord et sud.

 

Le hic : cette cible avait en réalité été fixée pour l’année 2011. Et ce n’est qu’en 2013 que la marque des 60 % aurait véritablement été atteinte, a reconnu du bout des lèvres le coordonnateur en matière d’environnement de la CMM, Michel Allaire, au cours d’un entretien.

 

En réalité, ce sont 58 % des matières recyclables qui se sont retrouvées dans les bacs de recyclage, en 2012. Six ans plus tôt, en 2006, seulement 46 % des matières recyclables se voyaient récupérées. Un progrès substantiel, souligne l’expert.

 

Vendredi, la CMM a dévoilé les données des années 2011 et 2012. La divulgation des résultats de 2013 pourrait prendre près d’un an, en raison de procédures administratives. Chaque municipalité doit fournir ses états financiers vérifiés pour l’année financière 2013 à la CMM pour que celle-ci puisse entamer la compilation des données sur l’élimination des déchets et la récupération des matières recyclables et organiques.

 

Aucune cible jusqu’en 2015

 

Et quelles seront les cibles pour 2013 ou 2014 ? Il n’y en aura pas. Arrivé à échéance, le Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2006-2011 n’a toujours pas eu de successeur. Ce n’est qu’en 2015 que le prochain plan quinquennal pourrait voir le jour, semble-t-il.

 

« Le processus de révision du Plan 2006-2011 a débuté. La Commission de l’environnement se réunira à plusieurs reprises au cours de l’année afin d’élaborer […] un projet de plan qui sera présenté au conseil de la Communauté d’ici la fin de l’année 2014. Par la suite, le Plan 2015-2020 devrait être adopté à la fin de 2015 après avoir fait l’objet d’une consultation publique », indique la CMM dans un communiqué.

 

Ce nouveau plan de cinq ans devrait prévoir l’atteinte d’une cible de recyclage de 70 % en 2020.

 

Après être parvenue à diminuer de 12 % en six ans le nombre d’objets recyclables envoyés au dépotoir, la CMM se donnerait donc maintenant deux ans de plus pour répéter l’exploit.

 

Les coûts de la gestion des matières résiduelles — matières recyclables récupérées, résidus organiques et autres matières comme les rebuts domestiques dangereux — ont augmenté de près de 50 % depuis 2006, atteignant en 2012 près de 300 millions de dollars.

 

Cependant, le coût à la tonne des matières récupérée est maintenant moins élevé qu’une tonne de déchets, ce qui pourrait avoir pour effet d’inciter les villes à accélérer leurs efforts. La quantité par personne de matières envoyées au dépotoir ne cesse de dégringoler, d’année en année, et se situait à 335 kg en 2012.

À voir en vidéo