Le ministère des Ressources naturelles rappelé à l’ordre

La coupe de bois sur le mont Kaaikop, situé dans les Laurentides, est interdite jusqu’à nouvel ordre.

 

Dans un cinglant jugement de 27 pages déposé vendredi, la juge de la Cour supérieure Claudine Roy ordonne au ministère des Ressources naturelles de « suspendre toute autorisation de récolte relative au mont Kaaikop » et interdit aux deux entreprises forestières impliquées dans le dossier d’entreprendre la coupe de bois jusqu’à ce qu’un jugement soit rendu sur le fond.

 

La juge Roy note que dès le début du processus de consultation concernant le projet de coupe de bois sur ce mont, le ministère a manqué de transparence en publiant des avis imprécis et difficiles à comprendre. Ces avis n’évoquaient pas directement la coupe de bois, ni le mont Kaaikop de manière explicite.

 

Les consultations ont débuté en 2011, mais le manque de clarté du déroulement n’a pas permis aux opposants de se manifester comme il se doit.

 

« Le cheminement de ce dossier est fort confus », souligne à grands traits la juge Roy.

 

La municipalité, écrit-elle, a démontré que « la consultation n’a pas été effectuée correctement ». Selon ce qu’elle a entendu lors de l’audience, l’issue de cette consultation semblait scellée à l’avance. « Ce n’est pas l’endroit pour faire déplacer un chantier en entier », a soutenu le ministère. « Où faut-il tracer la ligne ? Un citoyen s’y perdrait à moins », souligne par conséquent la juge.

 

Le cabinet de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, n’a pas répondu à notre demande d’entrevue vendredi.

 

Cette décision de la Cour supérieure fait suite à la requête de la municipalité de Sainte-Lucie-des-Laurentides, qui réclamait l’annulation d’une « entente de récolte » conclue le 16 janvier dernier entre le ministère et deux compagnies forestières, Groupe Crête division Riopel et Scierie Carrière. Le jugement prolonge une injonction provisoire accordée à la fin du mois de décembre.

 

Processus « inacceptable »

 

La municipalité s’opposait à la coupe de bois sur le mont Kaaikop, qu’elle considère comme un moteur touristique de la région. Elle jugeait que la consultation publique qui a précédé l’autorisation ministérielle a été effectuée « de manière inacceptable » et que le comité qui a fait des recommandations était « partial ».

 

« On est très contents, a commenté vendredi le maire de Saint-Lucie-des-Laurentides, Serge Chénier. Le jugement démontre que le ministère n’a même pas respecté son nouveau régime forestier pour ce qui est de la consultation et des études environnementales. »

 

Les opposants font valoir que le mont abrite une mixité de forêts riches et des espèces animales rares, mais que les études existantes à ce sujet sont incomplètes.

 

La Cour devra maintenant déterminer si le projet de coupe de bois sur le territoire du mont Kaaikop peut ou non être autorisé.

 

Du haut de ses 830 mètres, ce mont est le sommet le plus élevé des Laurentides après le mont Tremblant.

À voir en vidéo