Vers de graves pénuries alimentaires

Le pergélisol pourrait commencer à fondre à partir d’un réchauffement du globe de 1,5°C.
Photo: Agence France-Presse Le pergélisol pourrait commencer à fondre à partir d’un réchauffement du globe de 1,5°C.

Au rythme où l’activité humaine bouleverse le climat de la planète, la hausse des températures risque de provoquer de graves pénuries alimentaires qui frapperont de plein fouet les plus démunis d’ici à peine deux à trois décennies, a prédit mercredi la Banque mondiale. Ce rapport est publié en même temps qu’une nouvelle étude démontrant que la fonte à venir du pergélisol aggravera encore davantage les changements climatiques.


Le constat du président de la Banque mondiale (BM), Jim Yong Kim, est sans appel : « Si le monde se réchauffe de 2 °C, ce qui pourrait arriver dans les vingt à trente prochaines années, cela se traduira par de vastes pénuries alimentaires, des vagues de chaleur sans précédent et des cyclones plus violents. »


L’institution, qui avait déjà sonné l’alerte sur le climat en novembre, confirme ainsi son scepticisme sur la capacité de la communauté internationale à freiner la hausse du thermomètre mondial à 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, alors que la planète en est déjà à + 0,8 °C. De plus en plus d’organisations, dont la BM, prédisent d’ailleurs que l’inaction internationale nous conduit vers une hausse qui pourrait atteindre 4 °C dès 2060. L’Agence internationale de l’énergie évoque même une hausse de 5,3 °C d’ici la fin du siècle.


Mais déjà, avec le scénario à + 2 °C d’ici 2040, la BM avertit que l’Afrique verrait à terme sa production agricole totale reculer de 10 % d’ici à 2050, et environ 40 % de ses terres dédiées au maïs devenir « inutilisables » dans la décennie 2030. « Des températures extrêmes pourraient affecter les récoltes de riz, de blé, de maïs et d’autres cultures importantes et menacer la sécurité alimentaire » des pays pauvres, estime l’institution dans son nouveau rapport.


L’Afrique et l’Asie du Sud-Est seraient les premières victimes de ces pénuries de denrées essentielles à la survie, alors que leurs habitants « ne sont pas maîtres de la hausse de la température mondiale », a insisté le président de la BM. La part des populations en état de malnutrition risquerait par ailleurs de flamber « de 25 % à 90 % » en fonction des pays.


L’Asie du Sud et du Sud-Est serait aussi sous la menace d’autres « crises majeures ». Les inondations massives qui ont touché plus de 20 millions de personnes au Pakistan en 2010 pourraient devenir « monnaie courante », selon la BM. De violents épisodes de sécheresse pourraient également frapper l’Inde, tandis que la montée des eaux en Asie du Sud-Est, associée à des cyclones, pourrait se traduire par l’inondation d’une « grande partie » de Bangkok dans les années 2030, d’après le rapport.


En fin de compte, c’est tout l’objectif de réduction de la pauvreté extrême qui risque de pâtir de l’inaction de la communauté internationale. « Le changement climatique fait peser une menace fondamentale sur le développement économique et la lutte contre la pauvreté », a admis M. Kim mercredi.


La Banque mondiale, qui a doublé en un an ses investissements destinés à financer l’adaptation des pays aux changements climatiques (4,6 milliards de dollars en 2012), admet par ailleurs qu’elle doit elle aussi opérer un « changement radical » en cessant de financer des projets de développement émetteurs de CO2.


Les gouvernements déterminés à exploiter de nouvelles réserves pétrolières et gazières sur leur territoire - comme celui du Canada et du Québec - devraient aussi y penser à deux fois avant d’aller de l’avant, selon la Commission sur le climat de l’Australie. Dans un rapport publié lundi, elle a fait valoir qu’il faudrait laisser 80 % des réserves d’énergie fossile mondiales dans le sol. Sans quoi, c’est tout simplement « l’existence de notre société » qui est menacée.

 

Fonte du pergélisol


La situation est d’autant plus critique qu’une nouvelle étude britannique indique que le pergélisol devrait commencer à dégeler de façon durable d’ici 10 à 30 ans. Ce pergélisol représente un quart de la surface des terres dans l’hémisphère Nord. Au niveau mondial, il renferme pas moins de 1700 milliards de tonnes de carbone, soit environ le double du CO2 déjà présent dans l’atmosphère.


Selon des travaux menés par le Département des sciences de la terre de l’Université d’Oxford, le pergélisol pourrait commencer à fondre à partir d’un réchauffement du globe de 1,5 °C. Si cette matière organique gelée fond, elle relâche lentement tout le carbone qui y a été accumulé au fil des siècles.


Or, cet énorme apport de CO2 rejeté dans l’atmosphère n’a jusqu’à présent pas été pris en compte dans les projections sur le réchauffement climatique qui sont utilisées dans le cadre des négociations mondiales sur le climat. La communauté internationale s’est donné comme objectif de limiter le réchauffement à 2 °C et d’y parvenir en concluant un accord contraignant regroupant 190 États d’ici 2015. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, est d’ailleurs catégorique : il sera « bientôt trop tard » pour sauver la santé environnementale de la planète si les pays n’y parviennent pas.


Mais pour freiner la hausse du thermomètre, il faudrait que la concentration de CO2 plafonne entre 350 et 400 parties par million (ppm). Les prévisions des scientifiques indiquent que celle-ci devrait atteindre 450 ppm d’ici quelques décennies.


 

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo