Réchauffement climatique - Les États doivent agir rapidement, dit l’AIE

La Terre se dirige présentement vers une hausse des températures de pas moins de 5,3 °C par rapport à l’époque préindustrielle.
Photo: Andy Wong Associated Press La Terre se dirige présentement vers une hausse des températures de pas moins de 5,3 °C par rapport à l’époque préindustrielle.

Les États doivent rapidement mettre en place des mesures significatives en matière d’énergie s’ils veulent tenter de ralentir le réchauffement planétaire, a prévenu lundi l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Selon le scénario présenté par la directrice générale de l’organisation, Maria van der Hoeven, la Terre se dirige présentement vers une hausse des températures de pas moins de 5,3 °C par rapport à l’époque préindustrielle. Un tel bond «aurait des conséquences désastreuses en termes d’événements climatiques extrêmes, d’élévation du niveau de la mer et entraînerait d’énormes coûts économiques et sociaux», a-t-elle expliqué lors de la présentation d’un rapport sur le climat et l’énergie.


Les scientifiques estiment qu’il faudrait limiter la hausse à 2 °C pour éviter une telle situation. C’est d’ailleurs l’objectif officiel des pays impliqués dans les négociations internationales sur le climat. Mais la planète s’en éloigne un peu plus chaque jour. En 2012, le monde a d’ailleurs connu un nouveau « record » d’émissions de CO2, à 31,6 gigatonnes, en hausse de 1,4 % par rapport à 2011, selon les calculs de l’AIE.


Quatre mesures


L’Agence presse donc les États de mettre en place quatre mesures qui pourraient réduire de 3,1 gigatonnes les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2020, soit 80 % des économies recherchées par l’objectif de 2 °C. Qui plus est, l’AIE estime que ces mesures ne nuiraient pas à l’économie mondiale.


Le premier paquet de mesures, qui pèse pour la moitié des réductions d’émissions envisagées, consiste à multiplier les efforts d’efficacité énergétique dans le bâtiment, les transports et l’industrie. Leur coût étant plus que compensé par les économies d’énergies réalisées, selon les projections de l’agence.


Deuxième proposition : limiter l’utilisation et la construction de centrales électriques à charbon à bas rendement, extrêmement polluantes, et augmenter le recours au gaz naturel et aux énergies renouvelables.


La troisième piste consiste à réduire les rejets de méthane - du gaz naturel non brûlé, à fort effet de serre - de l’industrie pétrolière et gazière. Enfin, l’AIE appelle à supprimer graduellement les subventions à la consommation de carburants fossiles en place dans de nombreux pays.


« La question n’est pas si nous pouvons nous permettre les investissements nécessaires ; le fait est que nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d’attendre », a prévenu Maria van der Hoeven.


« Nous devons adopter, d’ici à 2015, un instrument universel et juridiquement contraignant relatif au climat, afin que tous les pays prennent des mesures supplémentaires pour réduire les effets des changements climatiques et s’y adapter », a par ailleurs préconisé récemment le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Selon lui, « il sera bientôt trop tard » pour sauver la santé environnementale du seul endroit de la galaxie où le maintien de la vie est possible.


 

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo