États-Unis - Déversement pétrolier: un signal d’alarme pour le Québec, soutient Greenpeace

En juillet 2011, la rupture d’un pipeline d’Exxon Mobil avait provoqué la fuite de 238 000 litres de brut dans la rivière Yellowstone, au Montana.
Photo: Matthew Brown - Associated Press En juillet 2011, la rupture d’un pipeline d’Exxon Mobil avait provoqué la fuite de 238 000 litres de brut dans la rivière Yellowstone, au Montana.

Le nouveau déversement de pétrole survenu aux États-Unis vendredi après la rupture d’un oléoduc d’Exxon Mobil devrait inciter le Québec à redouter le projet d’inversion du flux d’or noir dans un pipeline qui doit permettre d’acheminer du pétrole albertain à Montréal. C’est ce que soutient le directeur de la campagne climat de Greenpeace, Patrick Bonin.

Un bris majeur dans l’oléoduc Pegasus, qui traverse un secteur résidentiel de la ville de Mayflower, en Arkansas, a provoqué le déversement de plus de 10 000 barils de pétrole brut canadien provenant de l’exploitation des sables bitumineux. Des résidents ont dû être évacués et les équipes de nettoyage tentent d’empêcher le brut d’atteindre un lac voisin, source d’eau potable pour la municipalité. On ne connaît pas encore l’ampleur des travaux qui devront être effectués afin de décontaminer les lieux.

 

Des points en commun


Cet accident environnemental doit impérativement servir de signal d’alarme pour le Québec, selon Patrick Bonin. Il souligne d’ailleurs qu’il existe plusieurs points communs entre ce qui vient de se produire en sol américain et ce qui pourrait se passer si l’entreprise Enbridge était autorisée à inverser le flux de pétrole dans son oléoduc 9B, qui part du sud de l’Ontario pour se rendre à Montréal. La pétrolière souhaite augmenter le débit dans ce tronçon afin de transporter 300 000 barils de brut par jour - le Pegasus d’Exxon en transporte 90 000 par jour - pour alimenter les deux raffineries du Québec et éventuellement en exporter.


Dans les deux cas, analyse M. Bonin, le flux de pétrole doit être inversé pour permettre le transport. Les deux infrastructures doivent permettre d’acheminer du pétrole tiré des sables bitumineux et les deux tronçons traversent des zones habitées. « Ce nouveau déversement est très préoccupant. On ne peut pas ne pas prendre la situation au sérieux au Québec. Est-ce qu’on va attendre un autre accident ? », demande-t-il. Dans un même élan, il rappelle qu’en 2010, un pipeline exploité par Enbridge avait laissé fuir plus de 20 000 barils de pétrole dans une rivière du Michigan. Le nettoyage n’est pas encore terminé.


Greenpeace réclame que le gouvernement Marois mandate le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement pour étudier le projet d’Enbridge. Patrick Bonin estime que l’examen devrait aussi permettre de prendre en compte le mode production des sables bitumineux, réputé plus polluant que le pétrole traditionnel. Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, n’a toujours pas précisé la forme que pourrait prendre cette « évaluation environnementale ». Mais celle-ci sera menée « sans compromis », a-t-il fait valoir. Le gouvernement conservateur considère pour sa part que le projet d’Enbridge est de compétence fédérale.

 

Transport ferroviaire


Le directeur de la campagne climat du groupe écologiste croit que le gouvernement devrait aussi étudier les projets de transport de pétrole albertain vers le Québec à bord de trains. Les propriétaires des deux raffineries de la province ont évoqué cette possibilité. Or, la semaine dernière, le déraillement d’un train transportant du pétrole canadien a provoqué le déversement de 115 000 litres de pétrole dans un champ du Minnesota.


Par ailleurs, Exxon n’en était pas à son premier déversement en territoire américain vendredi. En juillet 2011, la rupture d’un pipeline avait provoqué la fuite de 238 000 litres de brut dans la rivière Yellowstone, au Montana. Le déversement avait souillé les rivages du cours d’eau sur une distance de 110 kilomètres, tuant la faune et nécessitant de longs mois de nettoyage. Lundi dernier, le département américain des Transports a proposé qu’Exxon Mobil paie 1,7 million de dollars en amende pour des infractions aux règles de sécurité. En 1989, l’Exxon Valdez avait provoqué une immense marée noire après s’être échoué en Alaska, laissant fuir 40 000 tonnes de pétrole brut.


Reste à voir maintenant dans quelle mesure le déversement en Arkansas ravivera le débat autour de l’oléoduc Keystone XL, au moment où ses partisans, dont le gouvernement Harper, essaient de convaincre Washington de donner le feu vert à cet imposant projet d’exportation de pétrole albertain vers les États-Unis. Les opposants au pipeline de la compagnie albertaine TransCanada, qui permettrait d’acheminer du pétrole jusqu’au golfe du Mexique, soutiennent qu’il s’agit d’une catastrophe environnementale en devenir.

À voir en vidéo