La Nouvelle-Angleterre attend l'électricité du Bas-Churchill

Halifax — Les gouverneurs des États de la Nouvelle-Angleterre souhaitent que les désaccords entourant le projet hydroélectrique du Bas-Churchill soient rapidement aplanis.

Les gouverneurs ont rencontré les premiers ministres des provinces de l'Est du Canada, hier à Halifax, où ils ont discuté du développement projeté de Muskrat Falls au Labrador.

Le gouverneur du Connecticut, Dannel Malloy, affirme que la pression augmente aux États-Unis pour satisfaire de façon locale les besoins en énergie renouvelable, plutôt que d'attendre les sources canadiennes d'approvisionnement en hydroélectricité. Le gouverneur Malloy affirme que l'importation d'hydroélectricité est logique, mais qu'elle doit se faire rapidement.

Quant au gouverneur du Vermont, Peter Shumlin, il affirme que les États de la Nouvelle-Angleterre seront preneurs pour toute l'électricité bon marché que le Québec et le Labrador pourront fournir. Québec s'oppose fermement au financement public du projet de Muskrat Falls — plus spécifiquement à une demande formulée à Ottawa par la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador pour obtenir une garantie de prêt.

À voir en vidéo