Mine Jeffrey - Québec est critiqué

De Toronto, la Société canadienne du cancer (SCC) a aussi réagi en se disant «profondément déçue par le fait que le ministre du Développement économique, Clément Gignac, a annoncé un appui conditionnel à un projet susceptible d'entraîner la réouverture de la mine Jeffrey».

«Du point de vue de la santé publique, a déclaré Paul Lapierre, vice-président aux affaires publiques de la SCC, le gouvernement du Québec a pris la mauvaise décision, car toutes les formes d'amiante causent le cancer. Nous exhortons le ministre Clément Gignac à revoir sa position et à retirer cet appui.»

L'aide de Québec est conditionnelle à l'obtention par les promoteurs étrangers d'un financement de 25 millions d'ici le 1er juillet.

«À l'échelle mondiale, poursuit la SCC, environ 107 000 personnes meurent chaque année de maladies liées à l'exposition professionnelle à l'amiante. D'autres organisations sanitaires ont uni leurs voix à celle de la SCC, notamment les directions régionales de santé publique du Québec et l'Association médicale canadienne afin d'exhorter Québec à ne pas appuyer la mine.»

Selon Sylvain Simard, porte-parole de Nature Québec, Québec cache le fait que les inspections qu'il financera en partie ne s'appliqueront qu'aux établissements qui vont traiter directement les 200 000 tonnes d'amiante provenant annuellement du Québec et pas aux autres utilisateurs, recycleurs, démanteleurs éventuels, etc.

À voir en vidéo