Le PIB, une menace pour la biodiversité

Enrayer le déclin de la biodiversité exige des gouvernements qu'ils adoptent des politiques qui vont imposer aux grands utilisateurs des ressources vivantes et des grands écosystèmes qu'ils intègrent le prix de leur utilisation dans leurs coûts de production. Cette vision d'une économie plus verte commandera par ailleurs une réforme du PIB au profit d'une comptabilité nationale qui tiendrait compte du passif que constitue la perte ou le déclin des ressources vivantes.

C'est ce qu'a soutenu hier Pavan Sukhdev devant une vingtaine de spécialistes des questions de biodiversité, réunis à Montréal par la Commission de coopération environnementale (CCE), un organisme qui administre le traité sur l'environnement, subsidiaire à celui de l'ALENA. Par la suite, celui qui réalise dans le champ de la biodiversité des évaluations que l'on compare souvent à celles de Lord Stern sur le coût de l'inaction en matière de changements climatiques, était l'invité de l'Université McGill, où il a prononcé une conférence-midi sur les moyens de «verdir» une économie qui tient peu compte de la surexploitation des écosystèmes, voire de leur destruction ou de la disparition des espèces.

Pavan Sukhdev estime que la croissance du PIB, l'étalon international de la mesure de la richesse des pays, donne un portrait tronqué de la réalité, car il ne tient pas compte d'éléments essentiels comme les changements survenus dans la santé publique, dans le niveau d'éducation et aussi de l'évolution à la fois qualitative et quantitative des ressources naturelles. En somme, l'humanité navigue «avec une boussole économique défectueuse», un obstacle majeur à la transition vers une économie plus verte, dit-il.

Selon cet économiste, la bonne vieille économie — polluante, énergivore et dévastatrice des écosystèmes — mise sur l'utilisation gratuite de ressources publiques. Ces coûts jamais pris en compte correspondent présentement à environ 3 % du PIB de la planète et à 33 % des profits globaux. Et cette tendance va s'accentuer, dit-il, au point d'atteindre cumulativement 7 % de la consommation globale en 2050, des pertes dont la valeur globale oscillera entre 1,3 et 3,1 billions, selon les taux d'actualisation retenus. En 2000, il ne restait que 73 % de la biodiversité naturelle d'origine. En 2050, une perte additionnelle d'habitats et de leurs espèces pourrait alourdir de 11 % ce déclin, soit une perte de zones naturelles de 7,5 millions de km2, l'équivalent de la superficie de l'Australie.

La comptabilité du PIB est, de plus, peu représentative de l'«économie des pauvres» qui dépendent de ces richesses naturelles pour leur survie immédiate, comme ce demi-milliard de personnes qui dépendent des pêches sur les récifs coralliens en voie de stérilisation. En Inde, donne-t-il en exemple, 480 millions de personnes dépendent de l'agriculture artisanale, laquelle profite à l'environnement et à la biodiversité. Ces «services environnementaux» rendus par la nature correspondent à 7,3 % du PIB du pays, mais à 57 % du PIB de ces petits milieux agricoles.

Vision fautive


Les humains, précisait hier Pavan Sukhdev, ont atteint la limite de la productivité de la planète vers 1980, mais ils en tirent présentement le double, ce qui se traduit par une ponction sur le capital qui s'explique par une vision économique fautive. Par exemple, les subventions ont tellement gonflé les flottes de pêche que la moitié des espèces marines sont présentement exploitées à leur niveau maximal et qu'un autre quart est carrément exploité au-delà de la capacité d'autoreproduction.

Il faut donc imaginer toutes sortes de mécanismes «intelligents», dit-il, pour réformer à la fois notre manière de calculer l'évolution de la richesse collective tout en ayant conscience, insiste-t-il, sur le fait que les lois du marché ne régleront pas tout, notamment les problèmes sociaux. Même une comptabilité réformée intégrera difficilement les valeurs sociales, religieuses ou philosophiques, tout comme elle pourra difficilement intégrer les effets de seuils au-delà desquels des espèces disparaissent. Il faudra donc, dit-il, repenser le système de subventions pour l'ajuster aux priorités d'une économie plus verte, récompenser la protection des services biologiques et partager les bénéfices de la conservation, facturer aux utilisateurs les dommages causés et mesurer le rapport coûts-avantages des services biologiques avant d'aller de l'avant avec des projets au lieu de se contenter de décrire leurs impacts.

Pavan Sukhdev a dirigé jusqu'ici des équipes de recherche qui ont déposé un premier rapport à la conférence des signataires de la Convention sur la biodiversité, à Bonn, en 2008. Il y dresse un premier portrait de «l'économie des écosystèmes et de la biodiversité». Ce rapport doit être complété par un prochain rapport, qui lui proposera aux pays de la planète une «méthodologie d'évaluation» des coûts ignorés jusqu'ici de l'utilisation, de la détérioration, voire de la disparition des écosystèmes, des espèces vivantes et des gènes, qui constituent ensemble le capital biologique de la planète.

En novembre dernier, juste à la veille de la conférence de Copenhague, Pavan Sukhdev et ses collègues publiaient un autre rapport sur les liens entre les crises de la biodiversité et du climat. Plusieurs experts pensent qu'il faudrait que la protection des grands écosystèmes terrestres soit jumelée à la protection du climat par un jeu commun d'outils économiques nouveaux pour attribuer une double valeur économique au maintien de la biodiversité et de ses ressources de base comme les cours d'eau, les milieux humides, les mangroves, etc.

À voir en vidéo