NetJets acquiert 50 jets d'affaires

Le Global 5000 Vision, de Bombardier<br />
Photo: Source Bombardier Le Global 5000 Vision, de Bombardier

L'action de Bombardier a bondi de 7,5 % hier dans la foulée de l'annonce de la plus importante commande de jets d'affaires de son histoire.

Le titre a clôturé à 6,60 $, en hausse de 46 ¢, à la Bourse de Toronto.

Bombardier Aéronautique a annoncé mardi soir la vente ferme de 50 biréacteurs d'affaires Global, les plus grands de leur catégorie, à la firme américaine NetJets, leader mondial du secteur des avions en multipropriété. L'entreprise, dont la flotte compte plus de 800 appareils, est une filiale du conglomérat Berkshire Hathaway, contrôlé par le célèbre investisseur Warren Buffett. Celui-ci s'était rendu à Montréal en décembre pour rencontrer la direction de Bombardier.

Le contrat, évalué à 2,8 milliards $US aux prix courants, pourrait atteindre la somme faramineuse de 6,7 milliards si les options pour 70 autres appareils étaient exercées.

La commande aura des retombées positives à Toronto, où sont assemblés les Global 5000 et XRS, de même qu'à Montréal, où l'on effectue leur finition. Bombardier n'a pas encore annoncé où seront construits les Global 7000 et 8000, les plus récents modèles de la gamme, lancés l'automne dernier.

La portion ferme de la commande de NetJets comprend 30 avions Global 5000 Vision et Global Express XRS Vision, dont les livraisons doivent commencer au quatrième trimestre de 2012. La vente inclut également 20 commandes fermes pour des biréacteurs Global 7000 et Global 8000. Les livraisons de ces avions doivent débuter en 2017.

«C'est un vote de confiance qui va nous aider à vendre le produit sur le marché», a commenté le président et chef de la direction de Bombardier, Pierre Beaudoin, au cours d'un entretien téléphonique. Selon lui, NetJets, dont les avions cumulent beaucoup d'heures de vol, a été séduit par la cabine des appareils Global et par le fait que Bombardier construit également des avions de ligne. «On comprend ce que sont des opérations de plusieurs milliers d'heures de vol par année, ce qui est plus que ce qu'on voit généralement dans l'aviation d'affaires», a relevé M. Beaudoin.

«La gamme d'avions Global est tout à fait adaptée aux besoins de nos propriétaires en fait d'autonomie, de confort intérieur et d'efficacité opérationnelle», a affirmé Jordan Hansell, président de NetJets, dans un communiqué.

Jusqu'ici, NetJets ne comptait aucun appareil de Bombardier dans sa flotte. Il s'agit donc d'une percée importante pour l'avionneur montréalais, qui a dû batailler ferme avec le constructeur américain Gulfstream, dont le futur jet G650 rivalise avec la famille Global.

Pour l'analyste Benoit Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, la commande de NetJets constitue «une jolie surprise» qui devrait contribuer à faire progresser significativement les marges bénéficiaires de Bombardier Aéronautique d'ici trois ans. «L'annonce d'aujourd'hui [hier] envoie un message positif aux autres acheteurs potentiels qui attendent sur les lignes de côté, a-t-il écrit dans une note. De plus, Bombardier devrait être en meilleure position pour négocier de meilleurs prix alors que son carnet de commandes grossit.»

De son côté, l'analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, a fait passer de 7 $ à 7,50 $ son cours-cible pour l'action de Bombardier, alors que M. Poirier a laissé le sien inchangé à 8 $. Selon lui, la commande de NetJets témoigne de l'«optimisme accru quant à une reprise du marché des avions d'affaires».

Le grand patron de Bombardier reste cependant prudent. «On prend ça étape par étape parce que l'économie est un peu instable, mais c'est un bon signe», a-t-il souligné.
1 commentaire
  • François Dugal - Inscrit 3 mars 2011 12 h 32

    Jets d'affaire pour hommes d'affaires

    Les hommes d'affaire vont faire de beaux voyages; les chanceux.