Mexicana suspend tous ses vols

Mexico — Le groupe des compagnies aériennes Mexicana, en grave crise financière, suspend tous ses vols «indéfiniment» à compter de ce midi, a annoncé hier le ministre mexicain des Communications et des Transports, Juan Molinar.

Le «Nuevo grupo aeronau-tico, Grupo Mexicana», qui compte 8000 salariés dans la compagnie Mexicana et ses filiales Mexicana Click et Mexicana Link, a invoqué dans un communiqué la «grave détérioration de ses finances» et «l'impossibilité de parvenir à des accords assurant la viabilité future de ses opérations».

Sous administration judiciaire depuis début août, le groupe, repris à 95 % par un consortium mexicain la semaine dernière, n'a pu redresser sa situation, les coûts de fonctionnement n'étant pas compensés par des ressources réduites après la suspension de vols et de ventes de billets, a expliqué sa nouvelle direction.

Des fournisseurs dont les services sont «essentiels pour assurer les vols» exigent en outre d'être payés à l'avance, a-t-elle souligné. Tous les vols des trois compagnies seront «annulés» à compter d'aujourd'hui, a-t-elle précisé.

La direction «va continuer à chercher des alternatives pour assurer une viabilité à long terme à l'entreprise», et pour reprendre les vols, a-t-elle affirmé.

Le consortium Tenedora K avait été constitué spécialement pour «capitaliser» et «sauver» Nuevo Grupo Aeronautico, et avait repris la totalité du capital à l'exception de 5 % demeurant propriété du syndicat national des pilotes.

Tenedora K compte notamment sur la participation des groupes mexicains Omega (infrastructures, construction) et Arizan (assurances), a précisé le groupe d'investisseurs.

Fondée il y a 89 ans, Mexicana, une des deux plus importantes compagnies aériennes du Mexique avec Aeromexico, transportait 22 000 passagers par jour sur 220 vols.

Elle avait obtenu début août d'un juge mexicain la protection contre la faillite, une forme juridique correspondant à la mise sous administration judiciaire la protégeant contre d'éventuelles actions en justice des créanciers et permettant de continuer à fonctionner.

Mexicana Click et Mexicana Link n'étaient pas concernées à l'époque par cette procédure, et Mexicana avait suspendu depuis nombre de ses vols, dont ceux vers Londres, Madrid et Montréal.