Assurance automobile pour les jeunes - Un jeune conducteur présente un risque évalué à 5 fois celui d'un adulte !

Ça y est! Déjà seize ans et un permis de conduire en poche. Quelle liberté! Mais avant de se glisser derrière le volant et de goûter aux plaisirs de la conduite automobile, il faut d'abord penser à l'assurance auto. Quelques conseils pour jeunes conducteurs.

Le premier scénario qui vient en tête — sans doute le plus fréquent — est celui du garçon ou de la fille qui utilise la voiture familiale. «Les parents et propriétaires du véhicule doivent appeler leur assureur afin de rajouter le nom de leur fils ou de leur fille sur la police d'assurance en tant que conducteur occasionnel», explique Christian Duval, directeur des ventes pour la compagnie d'assurance Groupe Promutuel. Son collègue Luc Boissière, directeur de l'actuariat, ajoute que cela «va évidemment augmenter la prime d'un certain pourcentage, selon, entre autres, la classification du véhicule».

Le second scénario — moins probable mais possible — est que le jeune conducteur a les moyens d'acheter un véhicule. Ici, les choses se compliquent un peu. Rappelons que l'assurance auto, comme toute forme d'assurance, repose sur l'évaluation du risque. Or, plus le risque est élevé, plus la prime d'assurance le sera.

«Toutes catégories confondues et sans tenir compte de l'âge, on estime que le risque pour un conducteur d'être responsable d'un accident est de 1 sur 25, souligne Christian Duval. Par contre, chez les jeunes de moins de 18 ans, ce risque est de 1 sur 5 pour les garçons et de 1 sur 10 pour les filles.» Ces chiffres seuls expliquent pourquoi les primes d'assurance sont plus élevées pour les jeunes conducteurs.

Minoune ou bolide

Si le jeune conducteur tient à devenir propriétaire de son propre véhicule, vers quel type de véhicules devrait-il se tourner? Un véhicule neuf ou usagé? Une minoune ou un bolide? «La prime d'assurance varie selon le type de véhicule, explique Christian Duval. Les véhicules performants, comme les grosses cylindrées, les véhicules sportifs, les véhicules dont la marque est très prisée des voleurs, coûtent tous plus cher à assurer.» Selon Luc Boissière, l'équation entre un jeune conducteur sans expérience et une voiture

de cette catégorie est un non-sens. «Ce jeune conducteur va payer une fortune en assurances.»

L'achat d'une voiture d'occasion apparaît donc plus sensé. Qu'en est-il par contre d'une minoune? Il faut rappeler qu'au Québec les dommages corporels causés par un accident de voiture sont indemnisés par la Société d'assurance automobile du Québec. Les assurances auto privées ne concernent que les dommages matériels, et elles sont sans égard à la faute, ce qui veut dire que chaque assureur dédommage son client lorsqu'un accident survient.

L'assurance automobile privée au Québec comprend habituellement trois couvertures. La première, qui est obligatoire pour tout conducteur au Québec, est l'assurance responsabilité d'une valeur d'au moins 50 000 dollars. «Cette assurance couvre les dommages matériels que votre véhicule pourrait causer aux biens d'autrui, précise Christian Duval, par exemple si vous heurtez un poteau ou si vous enfoncez une clôture.» La seconde est l'assurance collision, qui protège le véhicule des dommages causés lors d'une collision. La troisième est l'assurance qui couvre les dommages causés lorsqu'il n'y a pas de collision. C'est l'assurance qui protège contre le vol, le feu, le bris d'une fenêtre, etc.

Revenons donc à la minoune. «L'assurance collision compte pour environ deux tiers de la prime d'assurance, explique Luc Boissière. Si un jeune achète une minoune, il pourrait en faire l'économie, dans la mesure où il accepte le risque que, s'il est responsable d'un accident, il n'aura aucun dédommagement. Par contre, s'il n'est pas responsable de l'accident, il pourra être dédommagé en vertu de l'assurance responsabilité.»

Dans le cas de l'achat d'un véhicule d'occasion de plus grande qualité, c'est la valeur du véhicule qui servira à établir si l'assurance collision est avantageuse ou non pour le propriétaire. «De plus, souligne Christian Duval, lorsqu'il y a un prêteur, règle générale, ce dernier exigera une assurance collision.»

Quelques conseils judicieux

Le premier conseil que MM. Duval et Boissière donnent aux jeunes conducteurs est le suivant: prendre son temps. «La prime d'assurance tient compte de l'expérience du conducteur ainsi que de son bilan sur la route, explique Luc Boissière. Avant d'acheter un véhicule et de souscrire à sa propre assurance auto, un jeune peut accumuler quelques années d'expérience en conduisant la voiture familiale. Chaque année passée sans accident ira à son dossier et, lorsqu'il prendra sa première police d'assurance, cette expérience se reflétera aussi sur la prime à payer.»

Deuxième conseil: il est préférable de contacter un assureur avant d'acheter une voiture. «Comme la classification des véhicules compte dans la prime, il est préférable de la connaître avant de décider si c'est bien ce véhicule qu'on veut acheter, rajoute Christian Duval. Inutile d'acheter un véhicule si la prime à payer dépasse le budget disponible.»

Il est aussi conseillé aux jeunes conducteurs de suivre un cours de conduite. «Nous considérons le cours de conduite comme une expérience de conduite, ce qui fait baisser la prime, souligne Luc Boissière. Par exemple, ici chez Promutuel, nous offrons un escompte de 10 % aux jeunes conducteurs qui ont suivi un cours de conduite.»

Autre point important: il faut toujours magasiner son assureur. «L'écart entre les assureurs est bien réel et parfois peut surprendre, précise Luc Boissière. Une assurance pour le même véhicule, dans les mêmes conditions, peut se chiffrer à 2 000 dollars chez un assureur et à 6 000 chez un autre. On a évidemment intérêt à comparer.» De plus, certains assureurs, comme le Groupe Promutuel, s'intéressent plus particulièrement au segment des jeunes conducteurs. «Nous avons l'habitude de servir cette clientèle, et c'est la raison pour laquelle nous offrons un escompte de 10 % aux cégépiens et aux étudiants universitaires.»

Le dernier conseil concerne au fond tous les conducteurs, jeunes et moins jeunes. «La prime d'assurance que vous payez tient compte de votre expérience de conduite, qu'elle soit bonne ou mauvaise, et peu importe l'âge», souligne Christian Duval. Conduire avec prudence afin d'éviter les accidents demeure la meilleure façon de voir la prime d'assurance baisser.

Collaborateur du Devoir
1 commentaire
  • - Inscrit 11 mars 2011 16 h 34

    C'est bien pertinent...

    Je viens de comparer la police d'assurance pour mon frere (18ans) chez plusieurs assureurs, y compris http://axa.ca/assurance-auto et trouve ca coute beaucoup cher pour lui que moi!