La hausse du salaire minimum éliminera 60 000 emplois, croit la Banque du Canada

Au Québec, le salaire minimum est actuellement de 11,25$ par heure.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Au Québec, le salaire minimum est actuellement de 11,25$ par heure.

Environ 60 000 emplois disparaîtront d’ici 2019 en raison de la hausse du salaire minimum dans les différentes provinces du pays, estime la Banque du Canada, mais le revenu du travail sera plus élevé en raison des mêmes augmentations.

Dans une note analytique sur l’incidence des hausses de salaire, les spécialistes de la banque centrale calculent que l’indice des prix à la consommation pourrait grimper d’environ 0,1 point de pourcentage, en moyenne, tout au long de 2018. En outre, le produit intérieur brut pourrait diminuer d’environ 0,1 % d’ici le début de 2019.

Le nombre d’emplois perdus reposait sur un déclin de 0,3 % du nombre d’heures travaillées, tandis que la hausse d’ensemble des salaires réels devrait être de 0,7 %.

Selon la note analytique, si le nombre moyen d’heures travaillées diminuait à la suite de la hausse du salaire minimum, le nombre d’emplois perdus serait, lui aussi, plus faible.

La Banque du Canada estime qu’environ 8 % de tous les employés travaillent au salaire minimum. Cette proportion grimpe à 11 % si on ajoute la fourchette de 5 % supérieure au salaire minimum.

L’Ontario a haussé le 1er janvier son salaire minimum à 14 $ l’heure, alors qu’il était précédemment de 11,60 $ l’heure. Elle compte le faire passer à 15 $ par heure en 2019. De son côté, l’Alberta a l’intention de hausser son salaire minimum à 15 $ l’heure plus tard cette année.

Au Québec, le salaire minimum est actuellement de 11,25 $ par heure.

2 commentaires
  • Michel Thériault - Abonné 3 janvier 2018 14 h 54

    60,000 macjobs...

    Certes, ce n'est pas drôle de perdre son travail quand on est exploité a un salaire minimum indécent mais, à l'échelle sociétale, la disparition de ces mac jobs, qui ne méritent pas d'exister, est un véritable exercice de salubrité publique.

    Si votre entreprise me peut exister sans verser à ses employés un salaire qui lui perment de vivre décemment, et bien, bon vent. votre entreprise ne mérite pas d'exister.

    Comme la nature a horreur du vide, si ces besoins existent vraiment, les services supprimés seront remplacés par d'autres plus généreux.

  • Jean-Sébastien Garceau - Abonné 3 janvier 2018 15 h 44

    "À cause du salaire minimum"

    Entre le salaire minimum et les emplois perdus, il y a sans doute :
    1- L'employeur qui ne veut pas diminuer ses profits, même un peu
    2- L'employé qui souhaite sans doute vivre dignement.
    Ces deux points sont merveilleusement absents de l'article.