L'emploi a pris du mieux au Canada et aux États-Unis en février

<p>Le taux de chômage a baissé en février, tant du côté du Canada que des États-Unis, surpassant les attentes des analystes.</p>
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

Le taux de chômage a baissé en février, tant du côté du Canada que des États-Unis, surpassant les attentes des analystes.

Le taux de chômage a baissé en février, tant au Canada qu'aux États-Unis, surpassant les attentes des analystes.

Le Canada a créé 15 300 emplois en février, soit nettement plus que prévu, et le taux de chômage a chuté à 6,6 %, a indiqué vendredi Statistique Canada. Cela correspond au taux de chômage mesuré en janvier 2015.

La plupart des gains réalisés en février l’ont été du côté des emplois à temps plein. Statistique Canada calcule que 105 000 personnes se sont trouvé un poste à temps plein le mois dernier, pendant que 90 000 perdaient leur emploi à temps partiel.

Les économistes interrogés par Thompson Reuters attendaient la création de 2500 emplois et un taux de chômage inchangé depuis janvier à 6,8 %.

Forte création d'emplois aux États-Unis

La situation était tout aussi positive au sud de la frontière. La création d’emplois aux États-Unis en février a été forte, dépassant les attentes des analystes, tandis que le taux de chômage a reculé, selon les chiffres du département du Travail publiés vendredi.

L’économie américaine a créé 235 000 emplois nets, alors que les analystes misaient sur 188 000 nouvelles embauches.

Le taux de chômage a perdu, lui, un dixième de point, à 4,7 %. Le ministère a en outre révisé à la hausse le chiffre de janvier pour montrer 238 000 nouvelles embauches, un plus haut en quatre mois. Fait notable, le secteur de la production des biens a créé à lui seul 95 000 emplois, un sommet depuis 17 ans.

Le climat exceptionnellement doux pour un mois de février y est pour quelque chose, avec 58 000 nouvelles embauches, soit la progression mensuelle la plus forte depuis mars 2007. Mais le secteur manufacturier, cher à la politique du président Donald Trump, qui veut promouvoir les emplois américains dans ce secteur, a aussi grimpé à son plus haut niveau en presque quatre ans en créant 28 000 nouveaux emplois.

Le taux de participation à l’emploi, qui compte ceux qui travaillent ou qui cherchent activement un emploi, a grimpé également à un sommet depuis mars 2014, à 63 %, signe d’une plus grande confiance dans l’économie.