Mega Bloks pourra concurrencer Lego

Mega Bloks pourra continuer à vendre ses briquettes colorées aux parents canadiens. La Cour suprême du Canada a en effet rejeté hier l'appel de la danoise Lego, qui souhaitait que les jouets pouvant être confondus avec ses propres produits soient retirés du marché canadien.

La multinationale, qui alléguait une violation de sa propriété intellectuelle, demandait en outre un dédommagement substantiel.

Dans un jugement unanime, le plus haut tribunal du pays a conclu que, contrairement à ce qu'alléguait Lego, «un dessin purement fonctionnel ne peut servir de fondement à une marque de commerce déposée ou non déposée» et qu'on ne peut donc l'invoquer pour empêcher la vente de produits concurrents.

La décision de la Cour suprême vient confirmer des jugements des tribunaux inférieurs qui avaient refusé d'interdire la commercialisation des petites briques connues sous le nom de Micro Mega Bloks

D'après le porte-parole de la société, Éric Phaneuf, les consommateurs sortiront gagnants de cette affaire puisqu'ils continueront à avoir le choix entre deux produits semblables mais de prix différents. Mega Bloks détient déjà 40 % du marché des jeux de construction au pays, comparativement à 45 % pour Lego. L'entreprise québécoise vise désormais le premier rang.

Les deux manufacturiers de jouets ont déjà porté leur différend devant les tribunaux d'autres pays dont l'Allemagne, la France, l'Italie, la Grèce et les Pays-Bas.