Bell entend récupérer ses techniciens

Bell Canada se ravise. Neuf ans après s'être départi de ses techniciens, le géant de la téléphonie a déclaré hier vouloir se porter acquéreur de toutes les actions d'Entourage Solutions technologiques pour la transformer en une filiale détenue en propriété exclusive.

La nouvelle a surpris. Bell Canada a annoncé hier la conclusion d'une entente visant l'acquisition de la participation de 57 % d'Adrien Pouliot dans Entourage Solutions technologiques. Le géant des télécommunications détenait déjà 33 % de l'entreprise et il entre dans ses intentions d'acquérir toutes les actions, a ajouté Bell. Les 10 % restants appartiennent aux quelque 2500 employés.

Attaqué depuis peu sur son marché traditionnel tant par les fournisseurs de téléphonie IP que par les câblodistributeurs, Bell a indiqué hier que cette décision s'inscrivait dans sa stratégie consistant à «continuer d'améliorer son service à la clientèle, un facteur-clé de différenciation dans ses marchés consommateurs soumis à une forte concurrence. La flexibilité et l'efficacité offertes par la main-d'oeuvre qualifiée d'Entourage permettront à Bell de simplifier l'expérience client au moyen d'une stratégie efficace de service de bout en bout», peut-on lire dans le communiqué.

Bell n'a précisé ni les modalités financières de la transaction ni l'offre qu'elle entendait soumettre aux employés pour qu'ils déposent leurs actions.

Spécialisée dans l'installation, le maintien et le soutien en matière de télécommunications et de réseautique, Entourage a été formée au début de 1996 afin de reprendre les services de Bell. Le CRTC l'autorisant alors à remettre à ses clients la propriété des lignes téléphoniques intérieures, Bell décida de se départir de son service d'installation et d'entretien, qui procurait un emploi à 1400 techniciens. Le Fonds de solidarité de la FTQ a alors mené l'opération de sauvetage en s'engageant à injecter jusqu'à 14 millions de dollars dans une entreprise qui, au départ, comptait 550 employés et bénéficiait d'un contrat d'impartition de cinq ans avec Bell.

Le Fonds a vendu sa participation dans Entourage à Adrien Pouliot, en octobre 1999. M. Pouliot, qui devenait actionnaire majoritaire avec 75 % des actions d'Entourage alors que Bell en retenait 25 %, revenait ainsi en affaires après avoir présidé CFCF, une entreprise vendue à Vidéotron.