Mediagrif veut tisser sa toile à l'extérieur du Canada

Avec plus de 60 millions de dollars dans ses poches et des profits en hausse constante, Mediagrif est en bonne posture pour faire des acquisitions stratégiques lui permettant d'accélérer sa croissance à l'extérieur du Canada.

«Nous avons en avons déjà fait deux depuis le début de l'exercice 2005 et ça ne s'arrêtera pas là. Il suffit de trouver une bonne affaire», a indiqué hier le président du conseil et chef de la direction de l'entreprise, Denis Gadbois, à l'assemblée annuelle des actionnaires.

Fondée en 1996, Mediagrif se spécialise dans l'établissement et l'exploitation de réseaux d'affaires électroniques dans des domaines aussi variés que les télécommunications, la santé et le vin.

En 2003-04, près de la moitié de ses revenus de 48,7 millions provenaient du Canada, où elle a notamment la responsabilité du nouveau système d'appel d'offres informatisé du ministère des Travaux publics du Canada.

Son bénéfice net a totalisé 8,7 millions ou 46 ¢ par action dilué comparativement à 5,9 millions ou 34 ¢ par action dilué l'année précédente.

Les grands réseaux de Mediagrif comptent des membres sur tous les continents. Pour l'instant, l'essentiel des 410 employés de la société de la société sont toutefois basés en Amérique du Nord, dont plusieurs aux États-Unis.

La compagnie y possède en effet quelques actifs dont deux systèmes d'appels d'offres gouvernementaux ainsi que Polygon, un réseau pour l'industrie de la joaillerie et du diamant, qu'elle a acquis au début du mois après deux ans de démarches.

Denis Gadbois reconnaît avoir d'autres compagnies américaines dans sa mire, mais il souhaite prendre son temps.

Pas question de se lancer dans des secteurs dominés par des gros joueurs, comme l'est celui de l'automobile, par exemple, a-t-il souligné en marge de la réunion. «Il faut que le marché soit fragmenté ou qu'il y ait beaucoup d'intervenants pour que ça soit intéressant pour nous.»

Des marchés à fort potentiel

Mediagrif pourrait aussi faire des acquisitions en Asie et en Europe où ses activités sont de plus en plus florissantes. Dans ces marchés à fort potentiel, la croissance pourrait cependant provenir de la popularisation de ses réseaux les plus développés.

Mediagrif, qui tire près de 95 % de ses revenus des frais d'adhésion, espère convaincre de plus en plus de gens d'affaires d'utiliser ses services pour dénicher des fournisseurs ou des clients.

L'an dernier, le nombre d'utilisateurs asiatiques du Broker Forum, qui se spécialise dans les produits électroniques, a bondi de 38 %.

Le réseau d'équipement informatique Power Source On-Line bénéficie quant à lui d'une popularité grandissante en Europe. Ce continent a en effet compté pour près du tiers de la croissance de 15 % enregistrée par la filiale au cours de l'exercice financier clos le 31 mars dernier.

«Nous aimerions voir cela se produire de nouveau cette année», a confié M. Gadbois.