Le PIB du Québec poursuit sa progression

La croissance en octobre est surtout attribuable aux secteurs de la fabrication, du commerce de gros et du commerce de détail.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La croissance en octobre est surtout attribuable aux secteurs de la fabrication, du commerce de gros et du commerce de détail.

Le PIB du Québec est en hausse en octobre, pour un deuxième mois de suite. La progression annuelle dépasse les 3 % après dix mois.

Le PIB du Québec a enregistré en octobre, pour un deuxième mois de suite, une hausse de 0,2 % alors que le PIB canadien est demeuré stable. Au cumul, après dix mois, la croissance se chiffre à 3,1 % par rapport aux mêmes mois de 2016. Au Canada, ce taux est de 3,3 %.

« La croissance en octobre est surtout attribuable aux secteurs de la fabrication, du commerce de gros et du commerce de détail, ainsi qu’au secteur des services professionnels, scientifiques et techniques », indique l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Au cours des dix premiers mois de 2017, les industries productrices de services de même que les industries productrices de biens connaissent une croissance respective de 3,1 % par rapport à la même période de 2016.

L’ISQ ajoute que la production du secteur de la fabrication a renoué avec la croissance en octobre en affichant une hausse de 0,8 % après deux mois de ralentissement consécutifs (–2,1 % en août et –0,2 % en septembre). La production de l’industrie de la construction affiche une hausse de 0,2 %, consécutive à celle de 3,1 % observée en septembre.

« La forte croissance du PIB réel depuis un an repose sur de nombreux secteurs. Cela est non seulement attribuable à la vigueur de la demande intérieure, qui s’appuie principalement sur les consommateurs, mais aussi à l’amélioration de l’économie mondiale qui se répercute sur le secteur de la fabrication au Québec », retient Hélène Bégin.

L’économiste principale au Mouvement Desjardins ajoute que « l’économie du Québec traverse une excellente période qui permettra de clore l’année 2017 avec brio. Une hausse du PIB réel d’environ 3 % n’a pas été enregistrée depuis une quinzaine d’années ».