Un hiver intense attend les grands voyagistes

44 % des voyageurs canadiens vers le Sud viennent du Québec, 36 % de l’Ontario.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir 44 % des voyageurs canadiens vers le Sud viennent du Québec, 36 % de l’Ontario.

L’hiver s’annonce intense pour les grands voyagistes au Québec. Les prix pour les destinations au soleil demeurent sous pression, sous l’action d’une concurrence poussant la capacité offerte au-delà de la marge bénéficiaire de référence. La conjoncture économique se veut toutefois plus favorable cette année, avec un dollar stabilisé par rapport à sa contrepartie américaine. Et les Québécois disent vouloir renouer avec les voyages cet hiver, profitant d’une progression de leur revenu discrétionnaire.

Dans une présentation faite aux investisseurs en septembre dernier, Transat a donné une image plutôt réaliste de l’intensité de la concurrence sur le marché des destinations au soleil. À l’échelle canadienne, l’offre devrait atteindre les 4,26 millions de sièges au cours de l’hiver 2017, soit 6 % de plus que les 4,04 millions mis sur le marché l’hiver dernier. Numéro un pour ces destinations, avec une part de marché de 29 %, Sunwing maintiendrait sa capacité offerte cette année au même niveau que l’an dernier. Pour sa part, Transat prévoit une augmentation de 1 % et projette que l’accroissement des sièges offerts sera de 3 % chez WestJet Vacations… Mais de 29 % chez Vacances Air Canada.

Offensive musclée

Le voyagiste filiale d’Air Canada poursuit son offensive musclée, maintenant une pression baissière sur les prix et érosive sur les marges bénéficiaires, déplore-t-on dans l’industrie du voyage. Vacances Air Canada n’a pas répondu à ces doléances, le porte-parole n’ayant pas retourné nos deux appels.

Toujours selon les données de Transat, les voyagistes intégrés jouent du coude plus que jamais sur le marché du Sud. Sunwing-Signature devrait consolider cet hiver son premier rang, avec 29 % du marché. Suit Transat, avec 23 %, dépassant légèrement Vacances Air Canada et WestJet Vacations-Sunquest, qui pourraient revendiquer chacun une part de 22 %.

Cette lutte est d’autant plus serrée que l’origine des voyageurs peut être asymétrique à l’échelle canadienne. À titre d’illustration, chez Transat, 80 % de la demande est concentrée au Québec et en Ontario. Plus en détail, 44 % de ces voyageurs canadiens vers le Sud viennent du Québec, 36 % de l’Ontario. Suivent, loin derrière, l’Alberta (8 %), la Colombie-Britannique (5 %), les provinces de l’Atlantique (3 %) et le reste du Canada (3 %). 

Les destinations de prédilection au soleil cette année ? Toujours selon les données projetées pour la clientèle du voyagiste intégré, le Mexique devrait accueillir 33 % des voyageurs canadiens, Cuba (28 %), la République dominicaine (27 %), l’Amérique centrale (6 %), les Caraïbes (3 %) et la Jamaïque (3 %).

Conjoncture favorable

Sous cette pression se profile toutefois une conjoncture plus favorable cette année. Au lendemain d’un Salon international tourisme voyages plutôt achalandé, tenu la fin de semaine dernière à Montréal, Groupe de voyage Sunwing parle d’un intérêt accru, d’un engouement manifeste. « Plusieurs nous ont dit qu’ils entendent repartir vers le Sud cette année, après s’être abstenus de le faire depuis un an ou deux. Ils font valoir une augmentation de leur revenu discrétionnaire », souligne Sam Char. Le vice-président exécutif, Québec, évoque également une conjoncture économique plus favorable au Québec, ce qui permet à Sunwing d’accroître légèrement sa capacité ici, avec plus de 500 000 sièges offerts sur 12 mois.

« Nous préférons jouer de prudence. Cette offre est conforme à nos besoins. » Sam Char revient à l’intégration verticale de Sunwing, qui abrite une composante aérienne, trois voyagistes, le plus grand réceptif au Mexique et dans les Caraïbes et un portefeuille hôtelier comprenant la propriété-gestion de bientôt 22 000 chambres, auquel s’ajoute l’exclusivité sur les 25 000 chambres de la chaîne RIU.

En revanche, les effets de la faiblesse du dollar canadien persistent et la forte concurrence fait son oeuvre, les prix cet hiver frisant ceux des années 1980-1990. « Il y a des joueurs qui recherchent le volume à tout prix. Ça n’a jamais marché », dit-il, dans un soupir.

Nouveautés cet hiver

Marie-Josée Carrière, chef régionale du marketing du Groupe de voyage Sunwing, rappelle que le voyagiste dessert cinq aéroports au Québec, ce qui exige le déploiement d’une douzaine d’appareils sur la quarantaine de Boeing 737 exploités à l’échelle canadienne, vers une cinquantaine de destinations.

« Nos nouveautés suivent notre développement hôtelier », a-t-elle précisé, ajoutant que deux hôtels ouvrent leurs portes en Jamaïque et un Royalton à Sainte-Lucie. Pour sa part, Bagotville aura droit à un ajout sur Puerto Plata, et Val-d’Or, sur Romana et Holguin. Au chapitre des réservations, « nous sommes en avance sur l’an dernier », se contente de dire Sam Char.

Chez Transat aussi, « nous ne donnons aucune information de nature financière sur nos activités (réservations, prix, marges…) », a indiqué le porte-parole de Transat A.T., Pierre Tessier, par courriel. Air Transat a déjà annoncé qu’il desservira cet hiver 35 destinations dans le Sud en vol direct, à partir de 22 villes canadiennes. La composante aérienne du voyagiste mettra ainsi à la disposition des Canadiens 138 trajets dont 12 nouveaux, notamment pour San Salvador au départ de Montréal et pour le Roatan (Honduras) au départ de Québec.

« Parmi les faits saillants […], mentionnons que nous prévoyons accroître le nombre de vols secs vers les destinations au soleil (pour répondre à la demande accrue des consommateurs en ce sens), tout en continuant de promouvoir les forfaits et les croisières », a ajouté Pierre Tessier. La flotte d’Air Transat cet hiver comporte 12 Airbus et 19 B-737, dont 12 loués sur une base saisonnière.

Air Canada rouge, composante aérienne de Vacances Air Canada, a annoncé au printemps le lancement de quatre nouveaux services saisonniers, dont Montréal-Puerto Vallarta et Montréal-San José (Costa Rica). Vers le Sud, le transporteur propose 69 destinations de loisirs.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 29 octobre 2016 10 h 06

    44% ?

    Sûr que 44% des snowbirds sont québécois alors que le Québec ne fait que 22% de la population du Canada? Nous ne serions pas si pauvres que ce que l'on nous dit.