Les grands investisseurs québécois négligent le risque climatique

La présence d’actif dans le secteur des combustibles fossiles enlevait des points aux compagnies.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne La présence d’actif dans le secteur des combustibles fossiles enlevait des points aux compagnies.

Les grands investisseurs institutionnels canadiens sont encore peu nombreux à faire des gestes concrets visant à réduire leur exposition au risque climatique. Au total, 40 % d’entre eux seraient dans le déni, les derniers de classe se retrouvant au Québec.

L’Asset Owners Disclosure Project (AODP) publie ce lundi son bulletin mondial 2016. Le Canada y reçoit son lot de mauvaises notes. Dans son classement couvrant les 500 plus gros gestionnaires d’actif au monde, l’organisation non gouvernementale attribue le 11e rang, sur 25, au Canada, qui se retrouve devancé par la Chine dans une liste dominée par la Suède et la Norvège. Chez les assureurs et les gestionnaires de caisses de retraite ou de fonds d’investissement canadiens, la meilleure note va à Teachers, le fonds de pension des enseignants de l’Ontario ne parvenant toutefois à récolter qu’un triple C lui conférant le 64e rang.

Ce classement accorde un triple A aux investisseurs les plus proactifs devant les changements climatiques et un D à ceux qui traînent en queue de peloton. Or trois grands fonds québécois sortent du radar et récoltent un X pour ne mener aucune action dans l’optique du réchauffement climatique. L’AODP parle du Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics, du Régime de retraite des enseignants du Québec et du Fonds d’amortissement des régimes de retraite, réservé aux employés de l’État. Ils se retrouvent, avec 246 autres gestionnaires se voyant également attribuer un X, au bas du classement occupé notamment par les fonds souverains des pays producteurs de pétrole.

Barre plus haut

L’ONG, aujourd’hui indépendante mais créée en 2008 sous l’action du Climate Institute, a haussé la barre cette année en ajoutant la prise de mesures directes et concrètes à sa liste de critères. Son évaluation porte également sur les initiatives visant à réduire les risques associés à la présence d’actif dans le secteur des combustibles fossiles, l’intervention des gestionnaires auprès des compagnies dans lesquelles ils investissent, et leurs parties prenantes, afin d’amenuiser le risque climat sur l’ensemble de la chaîne d’investissement, et la proportion de l’actif à faible teneur en carbone dans leur portefeuille.

Ainsi, « 40 % des grands investisseurs canadiens se retrouvent présentement dans le déni à propos des risques associés au changement climatique », explique Julian Poulter, chef de la direction d’AODP. Seulement quatre, revendiquant 368 milliards de dollars d’actif sous gestion, s’en tirent mieux, mais reçoivent à peine une note de double ou de triple C. « Et 11 autres institutions, cumulant un actif sous gestion de 739 milliards, reconnaissent le risque climat mais n’en sont qu’à leur premier pas visant à poser un geste concret, ce qui leur confère une note de D. Cette liste restreinte comprend la Financière Manuvie, le plus grand détenteur canadien d’actif avec 232 milliards de dollars sous gestion », déplore l’AODP dans son communiqué.

Un enjeu dominant

« Les risques associés au changement climatique sont désormais un enjeu dominant pour les investisseurs institutionnels. Or, ils ne sont qu’une poignée à protéger leur portefeuille contre un danger réel de se retrouver avec des actifs échoués », poursuit Julian Poulter. « Plus surprenant, près de la moitié des plus grands institutionnels au monde ne font rien pour atténuer le risque climat », ou pour décarboniser leur portefeuille.Ainsi, 97 des 500 plus importants gestionnaires de la planète prennent désormais des mesures tangibles afin d’atténuer le risque. Faible consolation, l’année dernière a vu un accroissement sensible du soutien aux résolutions d’actionnaires en faveur d’investissements à faible teneur en carbone, fait ressortir l’ONG.

L’ONG campe le contexte et rappelle cet avertissement lancé en octobre 2015 par Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre et président du Conseil de stabilité financière (CSF). Les pertes financières causées par les changements climatiques risquent d’être « énormes » si rien n’est rapidement entrepris pour réduire le problème, prévenait-il. « Le poids de la preuve scientifique et la dynamique du système financier suggèrent qu’avec le temps, les changements climatiques menaceront les assises de la finance et la prospérité à long terme. »

Les conséquences financières des changements climatiques doivent prendre au moins trois formes. D’abord, des dommages directs infligés aux infrastructures, aux populations et à l’économie par la recrudescence de catastrophes naturelles. Ensuite l’impact financier, rare pour le moment mais appelé à prendre de l’ampleur, des cas de poursuites contre des entreprises, des gestionnaires de caisses de retraite ou des gouvernements pour ne pas avoir fait le maximum pour protéger leurs employés, investisseurs ou citoyens contre les ravages économiques et humains des changements climatiques. Enfin les coûts liés à l’inévitable transition vers une économie plus verte.

Le CSF s’est ainsi vu confier par les pays du G20 le mandat de travailler sur un système de divulgation volontaire d’informations qui permettrait de comparer le degré d’exposition des entreprises à tous ces risques financiers liés aux changements climatiques. En décembre dernier le milliardaire américain et ancien maire de New York Michael Bloomberg avait accepté de prendre la tête d’un groupe d’experts chargé d’évaluer les risques financiers liés au climat pour les entreprises et investisseurs, sous l’impulsion du CSF. Cette « force de travail » a pour mission de « fournir des informations aux banques, assureurs, investisseurs et actionnaires », disait-on.

7 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 2 mai 2016 07 h 18

    Grand parleur, ti-faiseur

    On fait de grandes déclarations à Paris ou Anticosti ou Montréal ou Ottawa, puis on retourne à sa routine.

  • André Côté - Abonné 2 mai 2016 09 h 50

    Toujours le court terme

    Le problème, quand il s'agit d'investissements, c'est toujours le profit à court terme qui s'impose comme la règle. D'ailleurs, on juge la compétence d'un gestionnaire au rendement annuel qu'il s'empresse de publier, comme un trophée mérité fièrement. Lui-même en tire des bénéfices immédiats sous forme de boni, habituellement très avantageux, ce qui ne l'incite pas à modifier la stratégie d'investissement des fonds qu'il gère.

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 2 mai 2016 09 h 57

    Il faut que les gestionnaires de régimes de retraite sortent de leur torpeur...

    Comme il faudra beaucoup d'argent pour construire l'oléoduc de Trans-Canada et multiplier par deux ou trois la production pétrolière à partir des sables bitumineux, on sollicitera énormément les plus gros investisseurs institutionnels canadiens, régimes de retraite publics inclus: il faudra qu'ils y investissent énormément pour que ces projets pétroliers se fassent correctement, ce dont je doute fort parce que le pétrole ne paiera jamais plus autant que dans les dernières décennies. Plus ces gestionnaires de fonds seront lents à mesurer le risque climatique, plus ils mettront du temps à sortir d'un secteur d'activité de plus en plus économiquement risqué et mauvais pour les nombreuses victimes de la pollution de l'eau et de l'air et du dérèglement climatique. La torpeur des gestionnaires de fonds engendra catastrophes et guerres. Les cotisants doivent absolument sortir ces gestionnaires de leur torpeur: heureusement que nous avons parfois un autre son de cloche. Entendons-le et agissons.

  • Réal Bergeron - Abonné 2 mai 2016 09 h 58

    Ceci explique cela

    Faut pas s'étonner que nos gouvernements embarquent dans la galère des projets pétroliers.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 2 mai 2016 11 h 06

    Faut avoir du cran pour etre vert.

    Helas,notre cabinet ministériel n a pas de cran dans pratiquement tous les domaines. Il s en remet aux autres Delta de ce monde pour notre avancement.Pas fort. J-P.Grise

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 2 mai 2016 13 h 48

      Et les accents M. Grise, euh!... M. Grisé ?