Guy Cormier succédera à Monique Leroux

Le Mouvement Desjardins a élu le plus jeune président de son histoire samedi : âgé de 46 ans, Guy Cormier a été choisi pour succéder à Monique Leroux.

Il l’a emporté au premier tour contre Daniel Paillé et Robert Ouellette au terme d’un vote tenu à huis clos par une assemblée extraordinaire de 256 délégués, au siège social de la coopérative, à Lévis.

Issu de la base, employé de l’institution depuis 1992, il a balayé les critiques récentes voulant que Desjardins s’éloigne de se origines et est en train de devenir comme une banque.

« J’ai commencé dans une caisse, j’ai grandi dans le mouvement coopératif, je suis à même de savoir que Desjardins ne s’éloigne pas de ses membres, a-t-il déclaré dans une conférence de presse après son élection. [...] Desjardins est l’institution la plus présente sur le territoire, la plus accessible. C’est sûr que la société évolue, que les canaux pour rejoindre les gens évoluent, mais je suis profondément convaincu que Desjardins est loin d’être une banque. »

Guy Cormier est actuellement premier vice-président du réseau des caisses et des services aux particuliers. Il a été directeur de comptes Entreprises et directeur général de plusieurs caisses avant d’assumer le poste de vice-président Finances, Réseau des caisses, de 2009 à 2012.

« Je souhaite avoir un style qui tient compte de mes origines, de mes racines, qui viennent des caisses, de la base du mouvement. Ça va être un leadership qui va se rappeler ses origines et ce sera une source de différence », a-t-il expliqué.

Le président élu a aussi abordé deux enjeux délicats au sein du mouvement.

Au sujet des ristournes, il a fait savoir qu’il allait s’asseoir avec les délégués des caisses pour bien positionner l’évolution des ristournes, qui pourraient être collectives, individuelles, ou en fonction du nombre de produits détenus par le membre, tout en tenant compte de la solidité financière de la coopérative.

Quant aux enjeux numériques, le nouveau grand patron a indiqué que Desjardins « va continuer de se moderniser, au rythme de notre société et des besoins de nos membres ».

M. Cormier entrera officiellement en fonction pour un mandat de quatre ans au terme des assemblées générales annuelles du Mouvement Desjardins, qui se tiendront au Palais des congrès de Montréal, le 9 avril.

10 commentaires
  • Nicole Delisle - Abonné 19 mars 2016 12 h 18

    Question légitime à se poser!

    Ce nouveau président essaiera-t-il de battre le record de Mme Leroux, au niveau de la
    rémunération et des avantages sociaux? Car disons-le, à presque 4 millions en 2015
    pour Mme Leroux, c'est cher payé pour une diminution de services, surtout dans les régions. Et quand on pense que malgré des profits enregistrés, les ristournes diminuent de plus en plus, il y a lieu de se demander si le mouvement Desjardins
    est encore considéré comme coopératif? Pour les sociétaires que nous sommes, il est
    assez facile de penser que les profits sont dirigés vers les salaires et avantages sociaux de ses dirigeants. Desjardins a-t-il perdu son âme en voulant faire concurrence aux banques? Nous verrons bien avec ce nouveau président. On lui
    souhaite tout de même la meilleure des chances.

  • Simon Pelchat - Abonné 19 mars 2016 13 h 28

    Il n'y a plus de populaire

    Je remercie les personnes du mouvement Desjardins qui ont fait grandir cette institution québécoise. En revanche, je déplore la suprématie de l'argent aux dépens des besoins et du bonheur des personnes qui s'est installée au sein des Caisses. Je suis indigné de la culture de l’argent qui encourage l’endettement chez les jeunes et récompense les emprunteurs plutôt que les épargnants. Je désapprouve la culture favorisant les inégalités qui s’est insidieusement installée au sein du mouvement Desjardins dont une manifestation probante est le niveau actuel des salaires des dirigeants alors que l’intérêt versé sur notre compte d’épargne est moins de 1%. Où est la noblesse des idéaux d’origine du mouvement Desjardins? Il n’y a plus de populaire.

  • Marie Nobert - Abonnée 20 mars 2016 03 h 43

    256 délégués choisissant pour 8 M de sociétaires un homme valant 4 M$ par année (!)

    Plein cauchemar. Je passe le «bla, bla» et l'on cite: «Il a expliqué en quoi son style allait différer de celui de sa prédécesseure, en raison de ses origines et sa longue carrière sur le terrain.» J'ai un vieux folio à la caisse du Complexe Desjardins... qui correspond à l'adresse de ladite. Bref. Questions. Quel est le taux directeur de la Banque du Canada? Chez Desjardins, quel est le taux sur les prêts personnels? Quel est le taux sur les «marges de crédit»? Quel est le taux sur les prêts hypothécaires? Celui des «cartes de crédit»? Etc. Desjardins est une «bankster»! Point barre.

    JHS Baril

  • Jacques Morissette - Abonné 20 mars 2016 03 h 54

    Un sourire qui en dit long

    Je ne sais pas si vous êtes comme moi, dans le contexte, je comprends très bien son sourire.

  • Guy Wera - Inscrit 20 mars 2016 08 h 38

    un vote????

    Qui as voté? Voté pour un aveugle a 4 millions. Tout le monde a qui j'en parle se plaigne de la caisse qui n'est plus une caisse populaire mais une banque décevante. M. Cormier es un aveugle car il y as passer presque toutes sa vie et il connais pas les membres utilisateurs, a part les riches membres utilisateurs. Mes amis me dise vas donc voté si tu veux faire des changements mais voila j'ai pas de vote car je suis juste membre et il faut être élu par les riches membres pour voté. Je suis archie socialiste mais je vais sortir mes fond de la caisse et tristement choisir une vrais banque.

    • Daniel Bérubé - Abonné 21 mars 2016 18 h 07

      Serait-il possible de savoir qu'es-ce que les "banques" vont vous apporter de plus ? En quoi êtes-vous perdant avec Desjardins ?

      De plus, 4 M$ / an, je suis d'accord qu'il s'agit de plus que très bon salaire; mais essayez de trouver une personne avec expérience comparable et aussi sans doute formation, qui serait d'accord pour accéder à un poste semblable pour disons 500,000.00$ / an... vous risquez de chercher longtemps, car c'est comme demander à quelqu'un de la construction avec ses cartes de travailler au salaire minimum... vous risquez de chercher longtemps...

      Partir pour aller ailleurs, s'il n'existe pas d'avantages particuliers à ces autres endroits, nous pouvons à ce moment considérer qu'il ne s'agit que de vengeance, et cette dernière est rarement favorable pour qui que ce soit...