Le pétrole mine les résultats de Manuvie

Photo: Jean Gagnon / CC

Toronto — La Financière Manuvie a vu son bénéfice du quatrième trimestre reculer de 62 %, ce qu’elle a attribué aux pertes dans ses investissements du secteur du pétrole et du gaz naturel.

La société torontoise a affiché un bénéfice net de 246 millions, soit 11 ¢ par action, pour le trimestre clos le 31 décembre. En comparaison, elle avait engrangé un bénéfice de 640 millions, soit 33 ¢ par action, pour la même période un an plus tôt. Le bénéfice des activités de base s’est chiffré à 859 millions au quatrième trimestre, en hausse de 28 % par rapport à celui de 713 millions de l’année précédente.

Selon Manuvie, le déclin de ses investissements dans le secteur de l’énergie a forcé l’inscription d’une charge de 250 millions au quatrième trimestre et de 876 millions pour l’ensemble de 2015. Selon l’assureur, la volatilité des prix de l’énergie est un facteur qui pourrait compliquer l’atteinte de sa cible de 4 milliards pour son bénéfice des activités de base cette année.

Malgré ces perspectives, le président et chef de la direction de Manuvie, Donald Guloien, reste optimiste quant aux données fondamentales sous-jacentes de ses activités. La société a annoncé une augmentation de 9 % de son dividende pour le porter à 18,5 ¢ par action. Il s’agit de sa troisième augmentation en sept trimestres.

« Nous avons connu une année décevante en termes de résultat net, en raison surtout du recul marqué de la valeur du marché des prix du pétrole et du gaz qui est venu ternir les résultats d’un exercice par ailleurs remarquable », a affirmé M. Guloien dans un communiqué. Les ventes d’assurance ont diminué de 20 % à 416 millions en Asie, et elles ont progressé de 76 % à 303 millions au Canada au quatrième trimestre, sur une base annuelle. Les ventes d’assurances aux États-Unis ont diminué de 17 % à 127 millions au cours de la même période.

Pour l’ensemble de l’exercice 2015, le bénéfice net a été de 2,19 milliards, ou de 1,05 $ par action, comparativement à 3,5 milliards, ou 1,80 $ l’action en 2014. Le rendement sur fonds propres en 2015 a été ramené à 5,8 %.