Le géant Repsol planifie un important désinvestissement

Madrid — Le géant pétrolier espagnol Repsol prévoit des désinvestissements à hauteur de six milliards d’euros sur cinq ans, dans le cadre d’un nouveau plan stratégique présenté jeudi, visant à garantir les dividendes en délaissant les actifs non stratégiques.

Repsol, qui a absorbé cette année son concurrent canadien Talisman Energy, « entame une étape de mise en valeur de cette croissance, annonce la compagnie dans un communiqué. La flexibilité, la force et l’adaptabilité du portefeuille d’affaires permettront d’obtenir 6,2 milliards d’euros de désinvestissements en matières d’actifs non stratégiques et de réduire de 38 % le volume d’investissements », précise la compagnie.

Les désinvestissements vont essentiellement concerner l’upstream (exploration et production), a expliqué son directeur général, Josu Jon Imaz, lors d’une conférence de presse de présentation de ce plan stratégique pour les années 2016 à 2020. « Repsol s’est doté d’un portefeuille d’actifs de grande qualité qui nécessite moins d’investissements pour maintenir les niveaux de production et un ratio de remplacement des réserves de 100 % », assure encore la compagnie.

L’achat de Talisman a notamment permis d’oublier l’époque du « risque argentin », marquée par l’expropriation par Buenos Aires de sa filiale YPF et de croître, a encore souligné M. Imaz en évoquant une hausse de production de 300 000 à 682 000 barils de pétrole par jour. L’objectif pour 2020 est de produire 700 000 à 750 000 barils de pétrole par jour, a-t-il ajouté. Repsol entend donc « créer de la valeur », ce qui lui « permettra de financer son développement, de réduire sa dette et de maintenir un niveau de rétribution des actionnaires compétitif ».

La compagnie prévoit des économies d’échelle de l’ordre de 2,1 milliards d’euros par an jusqu’en 2020.

Le nouvel ensemble issu de sa fusion avec Talisman, qui compte 27 000 employés, avait déjà annoncé la suppression de 1500 emplois sur trois ans. M. Imaz n’a pas donné de précisions sur les sites et pays concernés par ces réductions d’effectifs, se bornant à préciser qu’elles concernaient aussi bien Repsol que Talisman.

Toutefois, compte tenu de la faiblesse des prix du pétrole, Repsol table sur un résultat net annuel en 2015 situé entre 1,2 et 1,5 milliard d’euros contre 1,61 milliard en 2014.

1 commentaire
  • Céline Pelletier - Abonné 16 octobre 2015 10 h 41

    «Rationalisation» ou «désinvestissement»

    Ce que je comprends c'est que Repsol-Talisman va «rationaliser», c'est-à-dire supprimer des emplois, tout en faisant passer la production de pétrole de 300000 à 750000 barils par jour. Il me semble qu'on est loin du concept de «désinvestissement».