Un Américano-Britannique récompensé pour ses recherches sur la pauvreté

L’Américano-Britannique Angus Deaton, 69 ans, a remporté lundi le prix Nobel d’économie pour ses recherches sur la consommation, en particulier celle des pauvres, étudiant par exemple la relation entre les revenus et le nombre de calories consommées.

Ce professeur, né à Édimbourg en Écosse et qui travaille à l’Université de Princeton aux États-Unis, a été primé « pour son analyse de la consommation, de la pauvreté et du bien-être », a indiqué le jury.

Il a été informé vers 6 h chez lui par le rituel coup de téléphone de l’Académie suédoise des sciences.

« À mon âge, quand on est en activité depuis longtemps, on sait que c’est une possibilité. Mais on sait aussi qu’il y a un grand nombre de personnes qui méritent le prix », a-t-il réagi, cité sur le site de Princeton.

Durant ses travaux, M. Deaton s’est posé trois questions principales : comment les consommateurs répartissent leurs dépenses, combien dans une société est consommé et épargné, et enfin comment mesurer le bien-être individuel.

Ces questions l’ont poussé à une analyse fine de « problèmes comme la relation entre le revenu et la quantité de calories consommées, et l’ampleur de la discrimination entre les sexes au sein de la famille », note le comité Nobel.

« Pour élaborer des politiques économiques qui promeuvent le bien-être et réduisent la pauvreté, nous devons d’abord comprendre les choix de consommation individuels. Plus que quiconque, Angus Deaton a amélioré cette compréhension », a motivé le jury suédois.

Bien-être et inégalités

Dans son ouvrage La grande évasion : santé, richesse et origines de l’inégalité, paru en 2013, il a décrit en détail comment l’humanité a accru son bien-être de manière spectaculaire depuis deux siècles et demi, ainsi qu’en témoignent l’allongement de l’espérance de vie et le recul de certaines maladies. Mais aussi comment ce progrès s’est accompagné d’un creusement tout aussi impressionnant des inégalités.

« Si vous voulez en savoir plus sur les raisons pour lesquelles le bien-être de l’humanité a augmenté à ce point au fil du temps, il faut que vous lisiez » cet essai, écrivait Bill Gates, le cofondateur de Microsoft devenu l’un des hommes les plus riches du monde et qui se consacre maintenant à la lutte contre la pauvreté.

« En liant des choix individuels précis et des résultantes collectives, sa recherche a contribué à transformer les champs de la microéconomie, de la macroéconomie et de l’économie du développement », a expliqué l’Académie royale des sciences.


À voir en vidéo