Air China inaugure le premier vol sans escale Montréal-Pékin

L’équipage du B777 après son atterrissage à Montréal après un vol de 13 heures au départ de Pékin
Photo: Aéroports de Montréal L’équipage du B777 après son atterrissage à Montréal après un vol de 13 heures au départ de Pékin

La liaison était longuement attendue par l’industrie touristique et le milieu des affaires. Le Boeing 777 d’Air China en provenance de Pékin a atterri mardi à l’aéroport Montréal-Trudeau après un vol sans escale de quelque 13 heures. Il s’agit de la toute première liaison transpacifique directe qui relie Montréal à la Chine et au reste de l’Asie.

Jacques Daoust était du vol inaugural entre Pékin et Montréal. Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations revenait d’une mission économique de neuf jours en Chine. « Ce vol direct constitue un pas de plus pour stimuler la croissance de nos échanges avec la Chine, notamment sur les plans du commerce et du tourisme. L’année dernière, l’augmentation du nombre de touristes chinois au Québec a été de l’ordre de 60 %, ce qui représente la hausse la plus importante parmi les marchés étrangers », peut-on lire dans son communiqué.

Tourisme Montréal

Pour sa part, Tourisme Montréal a rappelé que « cette liaison aérienne directe est le résultat d’un effort collectif qui s’est échelonné sur de nombreuses années de négociations entre plusieurs leaders montréalais, québécois et canadiens. Aéroports de Montréal, le ministère du Tourisme du Québec, Air Canada et Air China ont tous collaboré, avec Tourisme Montréal, à la réalisation de ce projet ».

« Montréal se devait d’avoir une liaison aérienne avec l’une des plus grandes puissances économiques mondiales », a ajouté Denis Coderre, maire de Montréal.

Aéroports de Montréal fait ressortir que Montréal est la première ville canadienne s’ajoutant à la feuille de route d’Air China en 20 ans, après le vol Pékin-Vancouver. Le B777 offre une fréquence de trois vols par semaine. Il propose une configuration comprenant 259 sièges en classe économique, 41 fauteuils-couchettes en classe Affaires et huit suites en Première classe.

Part de 2 %

Tourisme Montréal a indiqué qu’en 2013, 97,3 millions de sorties de Chinois ont été enregistrées à la frontière chinoise, une augmentation de 833 % par rapport à l’année 2000. « En 2013, les voyages de longue distance des Chinois formaient un marché qui comptait pour environ 15 millions de départs. De ce nombre, le Canada a reçu environ 275 000 touristes, soit près de 2 % du marché. »

Depuis 2010, année à laquelle le Canada a été ajouté comme destination autorisée, l’augmentation a été de 24 % par année en moyenne entre 2009 et 2012. Pour Montréal, « le nombre de touristes chinois a augmenté de 60 % par année en moyenne entre ces mêmes années. Maintenant, la croissance envisagée est de 16 % sur les trois prochaines années », ajoute l’organisme montréalais de promotion touristique.

Sur le plan commercial, la Chine représente le deuxième marché d’exportation du Québec, après les États-Unis. L’an dernier, les échanges commerciaux bilatéraux se chiffraient à 12,5 milliards.

Air Canada

On peut rappeler qu’Air Canada et Air China ont officiellement jeté les bases de ce service en novembre dernier. À la suite d’un nouvel accord bilatéral conclu entre le Canada et la Chine, Air Canada et Air China annonçaient alors un renforcement des liens entre ces deux membres au sein de l’Alliance Star.

L’entente prévoit qu’Air Canada ajoutera son code à ces vols, qui seront mis en vente en vertu d’une entente d’exploitation à code multiple au cours d’une première phase. « Au cours d’une deuxième phase, sous réserve de l’approbation des autorités en matière de concurrence compétentes, Air Canada et Air China prévoient mettre sur pied une coentreprise globale de partage de rentrées pour tous les vols entre la Chine et le Canada, afin d’assurer la viabilité à long terme du nouveau service entre Pékin et Montréal », pouvait-on lire dans le communiqué publié alors par les transporteurs.

James Cherry, p.-d.g. d’Aéroports de Montréal, faisait alors ressortir que la durée du vol via la route polaire sera de 12 heures et 50 minutes au départ de Montréal, « donc plus courte qu’au départ de Toronto ou de New York avec le même appareil ».