Le déficit a fondu plus vite que prévu

Le ministre des Finances Carlos Leitão a présenté son budget en mars dernier.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le ministre des Finances Carlos Leitão a présenté son budget en mars dernier.

Le déficit de 2014-2015 s’est révélé bien inférieur aux attentes, a annoncé le ministre québécois des Finances vendredi en profitant de l’occasion pour balayer du revers de la main le spectre d’une récession pancanadienne évoqué par deux établissements financiers.

Attendu à 2,35 milliards, le déficit s’est chiffré à 1,81 milliard au 31 mars 2015, selon le plus récent Rapport mensuel des opérations financières à la suite duquel le ministre Carlos Leitão a tenu une conférence téléphonique pour préciser que cela s’expliquait toutefois par des facteurs non récurrents.

M. Leitão a mentionné, entre autres, les résultats d’Hydro-Québec plus forts que prévu et des coûts de programmes inférieurs aux attentes, notamment dans la santé, où des réformes ont été entreprises. Au final, les dépenses totales de programmes ont crû de 1,8 % pour l’année, alors que le gouvernement Couillard avait prévu 2,1 %. En 2013-2014, elles avaient augmenté de 3,3 %.

« Les efforts entrepris pour atteindre l’équilibre budgétaire doivent nécessairement être maintenus », a dit M. Leitão aux journalistes.Les résultats sont encourageants, a-t-il dit, « mais ne nous permettent pas de relaxer ».

Le gouvernement Couillard vise l’équilibre budgétaire en 2015-2016. Le mois de mars 2015 a montré un déficit de 832 millions, comparativement à un déficit de 1,25 milliard en mars 2014.

« L’année 2015 commence du bon pied au Québec. Je veux m’assurer que tout le monde comprend ça. On parle beaucoup de récession [pour le Canada dans son ensemble], mais au Québec, on commence du bon pied. Le PIB a crû de 0,4 % au premier trimestre, contrairement au Canada et aux États-Unis, où il y a eu une contraction de l’activité économique », a dit M. Leitão.

Le ministre faisait ainsi référence à deux économistes, un de la CIBC et l’autre de la Bank of America, qui se sont demandé cette semaine si les premiers mois négatifs de l’économie canadienne n’annonçaient pas une récession. Une telle contraction désigne généralement six mois de recul de l’activité économique.

« Les prévisions de ces deux institutions sont un peu trop négatives, un peu trop pessimistes. Des querelles d’économistes, on pourrait passer des heures là-dessus. On ne fera pas ça ici, a dit M. Leitão. Au Québec, il n’est pas question de récession. L’économie va mieux que l’an dernier. Il y a une accélération de la croissance et le premier trimestre était positif. Le deuxième aussi va l’être. »

Dans son budget au mois de mars, le gouvernement Couillard a prévu que l’année 2015 se soldera par une croissance de 2 %. Tous les économistes ne partagent pas cette vision. Le Mouvement Desjardins, par exemple, prévoit 1,5 %, alors que les économistes surveillés par l’agence de notation DBRS attendent 1,8 %.

Québec tient toutefois à ses prévisions publiées dans le budget, a dit M. Leitão.

Devant l’insistance des journalistes, le ministre a reconnu que le contrôle des dépenses serré de Québec pouvait avoir un « fiscal drag [frein fiscal] » sur la croissance économique.

« La prévision de 2 % de croissance économique pour 2015 et 2016 comprend déjà ça, a dit M. Leitão. C’est difficile d’être précis, car il y a des facteurs qui s’ajoutent, comme le pétrole, le dollar canadien, les mesures fiscales à Ottawa, etc. Séparer ces éléments, c’est un peu hasardeux. »

 

Variations des dépenses

L’évolution des dépenses varie beaucoup d’une mission à l’autre, indique le rapport publié vendredi. Alors que celles pour la santé et les services sociaux ont augmenté de 4 %, celles du soutien aux personnes et aux familles ont crû de 1 %. L’économie et l’environnement ont été soumis à une compression de 3,6 %.

Quant aux revenus autonomes, leur croissance a été de 2,3 %, un peu plus que la prévision de 2,1 %.

Le ministre a insisté sur le fait que ces résultats sont « préliminaires » et que les données finales seront connues à l’automne 2015.

En 2013-2014, les dépenses de programmes avaient augmenté de 3,3 %, a rappelé M. Leitão, en précisant que ce rythme était supérieur à celui des revenus autonomes (2,7 %). « Nous avons réussi non seulement à ralentir la croissance des dépenses de façon importante, mais aussi à nous assurer que les revenus sont au rendez-vous, surtout car l’économie québécoise a mieux fait en 2014 qu’en 2013. »



À voir en vidéo