Et si les Québécois étaient plus riches qu’on le prétend?

Entre 1976 et 2011, les familles de trois personnes ont augmenté, de 24 % à presque 31 %, et celles de 4 personnes de 37 % à 43 %.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Entre 1976 et 2011, les familles de trois personnes ont augmenté, de 24 % à presque 31 %, et celles de 4 personnes de 37 % à 43 %.

Contrairement aux apparences, les revenus des Québécois se sont améliorés depuis 35 ans. Du moins, si l’on tient compte de l’évolution de la forme des ménages, conclut une étude.

Au premier regard, le Québécois moyen s’est nettement appauvri entre 1976 et 2011, constate une courte étude d’une vingtaine de pages de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke qui doit être dévoilée ce jeudi. Une fois enlevée l’inflation, le revenu de marché médian des ménages québécois a chuté de 17,2 %, en passant de 48 700 $ à 40 300 $. Les impôts et les transferts sociaux des gouvernements ont considérablement réduit cette dégringolade sans l’annuler complètement en ramenant ces chiffres à une baisse de 3,4 % (de 46 500 $ à 44 900 $ toujours en dollar constant).

Le portrait de la situation change cependant du tout au tout lorsqu’on désagrège ces données et qu’on regarde les tendances par type de ménage. Le revenu après impôts et transferts des familles de deux parents avec enfants a, par exemple, non pas reculé, mais augmenté de presque 33 % en dollars constants durant la même période (de 58 300 $ à 77 300 $). Le sort des familles monoparentales s’est encore plus amélioré, avec une croissance du revenu de presque 61 % (de 26 200 $ à 42 100 $), contre 25 % pour les personnes seules (de 19 500 $ à 24 400 $) et une maigre croissance, mais une croissance tout de même, de 4 % chez les couples sans enfants (de 55 400 $ à 57 600 $).

Plus de personnes seules et de familles monoparentales

Ce paradoxe est principalement le résultat de l’évolution de l’importance relative de chacun des types de ménages dans la société québécoise, expliquent les auteurs de l’étude, Luc Godbout et Suzie St-Cerny. De 1976 à 2011, on a notamment vu augmenter de 22 % à 37 % la proportion de ménages constitués d’une personne seule dont les revenus restent inférieurs à ceux des ménages de deux personnes ou plus (24 400 $ contre 60 000 $ en 2011). Chez les familles avec enfants, on a aussi vu diminuer de 90 % à 79 % la proportion de familles biparentales aux revenus plus élevés en même temps qu’augmentait de 10 % à 21 % la proportion de familles monoparentales aux revenus plus modestes.

Ces différentes tendances tiennent à toute sorte de facteurs auxquels l’étude de l’Université de Sherbrooke ne s’arrête pas, tels que l’accroissement des inégalités de revenu de marché, ici comme ailleurs dans le monde, l’augmentation du niveau de scolarité de la population québécoise et la hausse marquée du taux de participation des femmes au marché du travail au Québec.

L’augmentation de la proportion de personnes vivant seules tient, entre autres, au fait que les individus attendent plus longtemps avant de former des couples qu’auparavant et que l’augmentation de la longévité permet à plus de veufs et de veuves de vivre plus longtemps, a expliqué cette semaine au Devoir Luc Godbout. L’amélioration spectaculaire du revenu après impôt et transferts de certains ménages, comme les familles monoparentales (+ 61 %), est notamment le fruit de prestations sociales plus généreuses pour les familles avec enfants, d’un programme d’aide sociale encourageant le maintien sur le marché du travail, ou encore de la plus grande autonomie qu’a conféré la mise en place d’un réseau public de garderies.

De plus petites familles

Ce ne sont pas les seuls changements qui sont apparus au Québec en trois décennies et dont il faut tenir compte quand on cherche à évaluer l’évolution du niveau de vie des ménages, poursuivent Luc Godbout et Suzie St-Cerny. L’un de ces changements est la diminution de la taille des familles.

On estime ainsi que la proportion de familles avec enfants totalisant deux personnes (un parent et un enfant) est passée d’un peu plus de 3 %, en 1976, à presque 10 %, en 2011. Les familles de trois personnes ont augmenté, quant à elles, de 24 % à presque 31 % et celles de 4 personnes de 37 % à 43 %. Les familles de 5 personnes ont reculé quant à elles de 20 % à 14 %, durant la même période, alors que celles de 6 personnes et plus ont fondu d’un peu plus de 15 % à seulement 3 %.

Postulant qu’à revenu égal, les plus petites familles profitent d’un niveau de vie plus élevé, mais que certaines dépenses (comme l’habitation ou l’alimentation) peuvent aussi donner lieu à des économies d’échelle, Godbout et St-Cerny ont cherché à tracer l’évolution des revenus des familles avec enfant, mais pondérés en fonction de leur nombre de membres.

Cela leur a permis de constater que le revenu médian après impôt et transferts de l’ensemble des familles avec enfants a crû de 32 % au Québec entre 1976 et 2011, mais que cette hausse doit être portée à 39 % si l’on prend en compte la diminution de la taille des familles.

« L’objectif de notre étude n’était pas de répondre à toutes les questions ni de clore le débat sur l’évolution des revenus au Québec, explique Luc Godbout qui présidait jusqu’à tout récemment la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise et à laquelle le gouvernement du Québec a promis de donner suite. Elle se voulait seulement un petit guide méthodologique qui pourrait servir de garde-fou contre toutes ces grandes affirmations voulant qu’on s’appauvrirait au Québec. »


 

61 %
Croissance du revenu des familles monoparentales au Québec entre 1976 et 2011

À voir en vidéo