La fortune sourit aux pays dont les moins bien nantis s’enrichissent

Contrairement à ce que l’on a beaucoup entendu dire, la richesse ne ruisselle pas des plus nantis jusqu’aux plus humbles de la société, mais part de la base pour remonter dans toute l’économie, conclut une étude du Fonds monétaire international (FMI).

Chaque fois que le cinquième de la population le plus riche augmente de 1 point de pourcentage sa part des revenus totaux, l’ensemble de l’économie recule de 0,08 point de pourcentage au cours des cinq années suivantes, estime une étude d’une trentaine de pages dévoilée lundi par le FMI. À l’inverse, chaque fois que le cinquième de la population le plus pauvre augmente sa part des revenus de 1 point de pourcentage, le produit intérieur brut (PIB) augmente aussi de 0,38 point.

Autrement dit, l’enrichissement des mieux nantis « ne ruisselle pas » automatiquement sur l’ensemble de l’économie. C’est même plutôt l’opposé qui se produit, soulignent deux fois plutôt qu’une les auteurs de l’étude qui contredisent ainsi une théorie (dite « du ruissellement ») très en vogue chez une certaine droite. En fait, ce sont « les pauvres et la classe moyenne [qui] comptent le plus pour la croissance par l’entremise d’un ensemble de canaux économiques, sociaux et politiques. »

Ces derniers perdent malheureusement de plus en plus de terrain par rapport aux plus riches. « L’accroissement des inégalités de revenus est le plus grand défi de notre époque », annonce l’étude d’entrée de jeu, reprenant à son compte une déclaration du président américain, Barack Obama.

La faute des nouvelles technologies

Le problème n’est pas aussi marqué dans tous les pays et il a plusieurs causes, qui ne sont pas nécessairement toutes les mêmes.

Les innovations technologiques et l’avantage qu’elles ont conféré à la main-d’oeuvre la mieux formée ont été l’un des facteurs importants dans les pays développés ces 25 dernières années. L’accroissement du secteur financier a sensiblement eu le même effet.

Souvent citée comme une cause importante, l’augmentation du commerce n’a peut-être pas été aussi dommageable qu’on le dit, l’augmentation du pouvoir d’achat découlant de l’accès à des produits moins chers ayant compensé au moins en partie la délocalisation d’emplois de classe moyenne vers les pays émergents.

Les changements apportés aux règles du marché du travail ont eu un impact plus négatif. L’assouplissement des règles de mises à pied, le recul constant du salaire minimum par rapport au salaire médian et l’affaiblissement des syndicats et, par conséquent, du rapport de force des travailleurs, sont autant de facteurs ayant desservi la classe moyenne et les plus pauvres.

L’affaiblissement des politiques de redistribution de la richesse des gouvernements est aussi en cause. On constate ainsi que le 1 % des plus riches a été rapide à saisir l’occasion qui lui a été offerte, la réduction du taux marginal d’impôt sur le revenu ayant mené à une augmentation de ses revenus.

Dans les pays pauvres et émergents, les inégalités de revenu et de richesse s’accompagnent d’inégalités d’accès à des services essentiels, comme la santé et l’éducation. Les écarts et le retard sur les pays riches qu’on retrouve dans ces contrées sont en voie de se réduire, dans plusieurs cas, mais restent souvent très importants.

Le Canada n’est que très rarement cité dans l’étude du FMI, mais il y fait généralement meilleure figure que la plupart des autres pays développés.

Pas de solution universelle

Les canaux par lesquels la montée des inégalités plombe la croissance économique sont multiples. Les chercheurs du FMI expliquent par exemple que les familles les moins fortunées ont moins de ressources à consacrer à l’éducation, cequi se traduit par un gaspillage de capital humain. Plusieurs experts ont aussi attribué la dernière crise financière à la stagnation, voire au recul des revenus d’une grande partie de la population qui s’est traduit par un endettement impossible à maîtriser. Le creusement des écarts de richesse tend aussi à miner la confiance de la population et la cohésion sociale nécessaires au moment de prendre les importantes décisions collectives.

« Il n’existe pas de solution universelle » à la pauvreté et à l’effritement de la classe moyenne, préviennent les auteurs de l’étude du FMI. Il faut commencer par faire de ces enjeux une priorité. Dans la mesure où l’on ne bascule pas dans l’excès, il faut cesser d’avoir peur que les impôts et les transferts sociaux nuisent à la croissance économique. On propose, entre autres choses, de taxer plus non pas seulement les revenus, mais aussi le patrimoine, d’abolir les avantages fiscaux qui profitent surtout aux riches et de mettre l’accent sur les dépenses en éducation. On recommande aussi de prêter un peu plus attention, non seulement à l’efficacité, mais aussi à l’équité des règles du jeu dans le marché du travail.

Cette étude du FMI s’inscrit dans une liste de plus en plus longue de rapports et autres prises de position consacrés au problème des inégalités depuis quelques années. Pas plus tard que le mois dernier, les experts de l’OCDE dévoilaient une importante étude sur le même sujet dont les conclusions étaient similaires à celle du FMI.

10 commentaires
  • Jacques Morissette - Inscrit 16 juin 2015 08 h 03

    Quand la richesse vint aux hommes.

    C'est un peu ça le dédain, de la façon de penser d'une certaine couche de la société qui en ont contre la pauvreté qui, à ce qu'il pense, brime l'image de la société. Pour ma part, y a-t-il plus laid que quelqu'un d'imbu matériellement qui se croit au-dessus de la société?

  • Jean-Pierre Roy - Abonné 16 juin 2015 09 h 32

    Henry Ford

    Souvenons-nous qu'Henry Ford a établi le salaire de ses travailleurs à un niveau leur permettant d'acheter les automobiles Ford produites par la société Ford.

    Celà est du "capitalisme" intelligent.

    Le chômage et la pauvreté sont les pires plaies d'une société du point de vue économie.

    Le plein emploi et les bons salaires sont les meilleurs ingrédients pour le bon fonctionnement d'une société.

    • Jean-Yves Arès - Abonné 16 juin 2015 13 h 09

      Avez vous vu sur quoi de déboucher le pouvoir syndicale de l'industrie automobile américaine ?

      A des soins de santé et des conditions de retraite partagés par l'ensemble de la population?

  • Yves Corbeil - Inscrit 16 juin 2015 09 h 40

    Touchant vraiment...

    Surtout quand ça vient d'un des joueurs qui contrôle la misère du monde.

    https://vimeo.com/1711304?pg=embed&sec=1711304

    Comment ça fonctionne l'argent? d'ou ça vient l'argent? pourquoi tous les pays ont des dettes? qui contrôle l'argent? et pourquoi? pour qui?

    La vidéo explique comment ça fonctionne et ça rends malade de voir comment c'est si simple et à la fois si pernicieux. Une grande roue qui doit cessé de nous faire tourner en rond avec nos dettes et les intérêts qui enrichissent ces puissants banquiers qui mènent le monde.

    Merci de me publier

    Yves Corbeil

  • Robert Laroche - Abonné 16 juin 2015 11 h 01

    Une clé me semble évidente

    Ce sont des pays et des nations qui s’occupent d’avantage d’économie que de finance et de comptabilité.